En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1797-MONGE, Gaspard (Beaune 1746-Paris 1818)

Directeur de 1797-1799

 

Contexte historique

- 1797 : Paix de Campo-Formio avec l’Autriche
- 1798 : Campagne d’Egypte. Destruction de la flotte française par Nelson à Aboukir
- 1799 : Coup d’Etat de Bonaparte (18 Brumaire) ; le Directoire est remplacé par le Consulat

Entré à 18 ans comme simple employé l’Ecole du Génie de Mézières (n’étant pas noble, il ne pouvait être officier), Monge se révèle bientôt un mathématicien remarquable ; professeur à Mézières, il y invente la «géométrie descriptive », est élu à l’Académie des Sciences en 1772, participe avec Lavoisier aux expériences décisives qui inaugurent la chimie moderne.
Il salue la Révolution avec enthousiasme ; après la chute du trône,  la Convention le nomme Ministre de la Marine (1792-1793). Démissionnaire en avril 1793, il se soucie alors de restaurer un enseignement scientifique destiné aux ingénieurs civils et militaires de l’Etat (Génie, Mines, etc…), et conçoit avec Guyton, Fourcroy, Lamblardie et d’autres, le projet d’une nouvelle Ecole : c’est l’École polytechnique, dont Monge est considéré comme le principal fondateur.  Elle est créée en 1794 et Monge, sans en être directeur, en assume plusieurs fois la présidence tournante.
A son retour de  la campagne d’Italie, où Bonaparte l’a pris en amitié, l’Ecole le réclame comme directeur. Parti bientôt en Egypte, il laisse l’intérim à Guyton pendant son absence, et reprend ses fonctions à son retour, peu avant le 18 brumaire.
Devenu sénateur d’Empire, comte de Péluse, ami de l’Empereur, il continue à enseigner son cours de géométrie à l’Ecole à laquelle il reste profondément attaché jusqu’à la fin de sa vie, attristée par la déchéance physique et son exclusion brutale de la Restauration.

E. Grison

 

Actualité polytechnicienne durant cette période

 

Monge, en Egypte avec Napoléon, observant le phénomène du mirage.

Caricature de Monge par l’élève Athallin


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)