En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1839-VAILLANT, Jean-Baptiste (Dijon 1790-Paris 1872)

X1807
Commandant de 1839 à 1840

 

Contexte historique

1839 : Première guerre de l’opium (Angleterre contre Chine)

Vaillant, officier du Génie, sert au siège de Dantzig, avant de devenir l'aide de camp du général Haxo, durant les campagnes de Russie en 1812 et de Saxe. Fait prisonnier à Kulm, il revient auprès de Haxo en 1814 et combat à Ligny, à Waterloo, sous à Paris. Chef de bataillon en 1826, il assiste à la prise d’Alger en 1830. Il est promu lieutenant-colonel en 1831, devient, lors de l’expédition d’Anvers en 1832, chef d’état-major du Génie et maréchal de camp en 1838.

Commandant l’École polytechnique en 1839 et 1840,  après une période troublée, il réussit à ramener le calme.

Lieutenant général en 1845, il commande le Génie en 1849 au siège de Rome où il s’attache à épargner les édifices. Maréchal de France en 1851, sénateur, grand maréchal du palais de l’Empereur, comte et enfin Ministre de la Guerre en 1854. Il est élu à l'Académie des sciences en 1853. L’Empereur lui confie le titre de ministre de la maison de l’Empereur et des Beaux-Arts, enfin celui de membre du Conseil privé.
Lorsque la guerre de 1870 éclate, le maréchal Vaillant donne sa démission de tous les emplois qu’il avait auprès de l’Empereur. Il reçoit l’ordre de quitter Paris, puis la France. Réfugié en Espagne, il revient à Biarritz en juin 1871.

D’après : “Le livre du centenaire de l’École polytechnique. – Tome 2 ; p. 94-100”

Actualité polytechnicienne durant cette période

Après la période de grande agitation politique qui a précédé, Vaillant réussit, avec habileté et patience,  à calmer le jeu.

Lamartine répond à l'adresse au roi: « La France est une nation qui s'ennuie. Vous avez laissé le pays manquer d'action. »

 

 

 


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)