En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1852-BIZOT,  Michel (Bitche 1795-Sébastopol 1855)

X1811
Commandant de 1852 à 1854

 

Contexte historique

1852 :  Création de la médaille militaire ; Restauration de  l’Empire
1854 : Début de la guerre de Crimée (France – Angleterre – Turquie contre Russie)

Bizot entre à l’École polytechnique en 1811 et est employé, dès 1814, comme lieutenant de Génie, à la défense de Metz, avant de servir à Besançon en 1815. Capitaine d'une compagnie de sapeurs en 1823, il fait la campagne d'Espagne. Il est attaché en 1825 comme capitaine à l’armée des Pyrénées. De 1839 à 1841 il est chef du Génie à Oran et il prend part à plusieurs expéditions, sous les ordres du général de La Moricière. Rentré en France, il dirige, comme chef de bataillon et lieutenant-colonel, les grands travaux de réorganisation de la place de Bitche. A la fin de 1849, il est directeur du Génie à Constantine et fait, sous les ordres du général Canrobert, des expéditions à Tébessa et dans l’Aurès.
Promu général de brigade en 1852, il devient commandant supérieur de son arme en Algérie. La même année, on l’appelle à Paris, pour lui confier le commandement de l’École polytechnique de 1852 à 1854.
Bizot organise les préparatifs du débarquement en Crimée, ceux du siège projeté, dont il dirige les attaques avec vigueur et succès. Il est atteint d’une balle dans les tranchées et succombe à cette blessure, en avril 1855. Le Gouvernement venait de le nommer général de division.

D’après :  “Le livre du centenaire de l’École polytechnique ” T. 2 ; p. 613-614  
et :  “Histoire et prospective de l'École polytechnique / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavauzelle, 1993. -”

Actualité durant cette période

De nombreuses guerres eurent lieu au cours de l’Empire : guerre de Crimée puis campagnes d’Italie. Ces guerres accrurent les besoins en officiers recrutés à l’Ecole et diverses mesures furent prises pour en augmenter le nombre. Au moment de la guerre d’Orient, en 1854, l’effectif des promotions fut porté à 170.

 

 


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)