En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1860-COFFINIERES DE NORDECK, G. (Castelnaudary 1811-Paris 1887)

X1829
Commandant de 1860 à 1865

 

Contexte historique

1860 : Signature d’un traité de commerce franco-anglais
1861 : Début de la guerre de Sécession ; Expédition française au Mexique
1863 : Protectorat français sur le Cambodge
1865 : Fondation de la Croix Rouge

Grégoire Coffinière de Nordeck entre major à Polytechnique en 1829. Il prend part à la révolution de 1830. Sorti de l’école d’application de Metz dans le Génie, il est envoyé en Algérie. Rentré en France en 1837, il retourne en Afrique en 1844 pour l’expédition du Maroc. Chef de bataillon en 1845 et directeur du Génie à Auch, il devient directeur de son arme au ministère et commissaire du gouvernement devant la Chambre des députés. Lieutenant-colonel en 1849, il retourne au Maroc en mission d’études, puis est envoyé en Argentine pour y faire les relevés militaires dont le Dépôt de la guerre fera la première carte du bassin de La Plata. En 1850, il est directeur du dépôt des fortifications des colonies. Colonel en 1851, il est envoyé en Crimée en 1855, prend part aux dernières opérations du siège de Sébastopol et est promu général de brigade. Membre du comité des fortifications en 1856, inspecteur général du Génie en 1857, il est envoyé en mission sur les côtes de Toscane. Nommé commandant de l’École polytechnique en 1860, il y crée une chaire d’histoire dont le premier titulaire est Victor Duruy. C’est en 1865 que fut fondée la Société Amicale de Secours (SAS), qui joua un si grand rôle dans la vie polytechnicienne. Coffinières, promu divisionnaire, quitte l’Ecole. Lors de la guerre de 1870, il est nommé commandant du Génie de l’armée de Metz. Il est en désaccord avec le maréchal Bazaine qui s’appuie sur ses rapports pour capituler. Coffinières écrit, pour sa justification, La capitulation de Metz. Après la guerre, il s’honore en restituant une somme importante remise pour dépenses secrètes et non utilisée. Il passe au cadre de réserve en 1876 et il prend sa retraite en 1881.

D’après  : “Dictionnaire de biographie française, Paris : Letouzey et Ané, 1933 ->”

Actualité polytechnicienne durant cette période

La grande fête annuelle  traditionnelle de l’Ecole polytechnique, le Point Gamma, a, à cette époque des allures de carnaval.

 

 


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)