En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1870-RIFFAULT, Juste (Blois, 1814-1885)

X1832
Commandant de 1870 à 1873

 

Contexte historique

1870 : Guerre franco-prusienne ; Défaite de Sedan ; Proclamation de la IIIème République par Gambetta ; Siège de Paris par les Prussiens ; Bataille de Champigny
1871 : Commune de Paris ; Traité de Francfort donnant l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne ; Proclamation de l’Empire allemand à Versailles ; Insurrection en Kabylie

Riffault entre à l’Ecole des Mines en 1834, puis passe à l’Ecole d’application de Metz. Il est lieutenant du Génie à Montpellier en 1837. Il est capitaine à Philippeville en 1840. Il est attaché au cabinet du sous-secrétaire d’état de la guerre en 1848 puis employé au Ministère des affaires étrangères en 1849. Il est promu aide de camp de Vaillant en 1850. Lieutenant colonel, il est directeur des études à l’École polytechnique de 1856 à 1869. Nommé général de brigade en 1869, il est commandant de l'École polytechnique en 1870. Prévoyant le siège de la capitale, il met les élèves «en état de remplir le rôle que leur assignait à la fois leur âge et les traditions de l’Ecole ». L’enseignement militaire prend une place essentielle : chaque jour, manœuvre des bouches à feu à Vincennes, équitation et cours de théorie militaire.
Lors du siège de Paris, la délégation du Gouvernement de la Défense Nationale réfugiée à Tours installe les candidats admis en 1870 dans cette ville, puis à Bordeaux pour rentrer sur Paris en mars 1871. Lors de l’insurrection des fédérés, le même mois, le général Riffault évacue une nouvelle fois l’Ecole à Tours jusqu’en juin. Son départ en 1873 s’accompagne d’une militarisation plus accentuée de l’Ecole. Il est membre du comité des fortifications en 1873. Il est élu sénateur par le département de Loir et cher en 1876.

D’après :   “Histoire et prospective de l'École polytechnique / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavauzelle, 1993. -”

 

Actualité polytechnicienne durant cette période

Lors du siège de Paris, Riffault organise la Batterie de l’École polytechnique dans les bastions 85 et 89 (vallée de la Bièvre et porte d’Italie). L’attaque n’étant pas imminente, les élèves sont envoyés dans les forts, l’artillerie de campagne ou d’autres batteries, où certains se distinguèrent. L’Ecole avait cessé de fonctionner et s’était converti en infirmerie.

 

Proclamation de la IIIème République par Gambetta.

 

 


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)