En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1894-ANDRE, Louis (Nuits-Saint-Georges 1838 - Dijon 1913)

X1857
Commandant de 1894 à 1896

 

Contexte historique

1894 : Assassinat du Président Sadi Carnot (X1857); Arrestation du Capitaine Dreyfus (X1878)
1895 : Protectorat sur Madagascar; Les frères Lumière déposent le brevet du cinématographe (naissance du cinéma)
1896 : Madagascar devient colonie française


Admis en 1857 à l’École polytechnique (promotion du président Sadi-Carnot), André est nommé sous-lieutenant d’artillerie, élève à l’Ecole d’application de Metz. Lors de la guerre de 1870, il est affecté à l’Ecole de pyrotechnie et à la commission d’expériences de Bourges ; en 1893, il reçoit les étoiles de général de brigade, puis est nommé commandant de l’École polytechnique en 1894. C’est l’année du centenaire de l’Ecole fêté par des cérémonies fastueuses qui durent trois jours et auxquelles participe le président de la République, Sadi-Carnot (X 1857), assassiné un mois plus tard par Casério. A la fin de cette même année se déclenche l’affaire Dreyfus (X 1878). Inculpé de haute trahison, condamné à la réclusion à vie, il est enfermé dans des conditions atroces à l’île du Diable en Guyane. L’affaire provoque de violents affrontements dans une France divisée en deux camps. Dreyfus était innocent ; gracié en 1899, il est réhabilité en 1906. André est promu général de division en 1899. Le président du conseil, Waldeck-Rousseau, en 1900, lui confie le portefeuille de ministre de la Guerre. On l’accuse alors d’avoir organisé un vaste système de délation dans l’armée. Ce fut la fameuse affaire dite “des fiches”. Le général André doit remettre sa démission au président du Conseil, Emile Combes et a pour successeur Maurice Berteaux. Ainsi se termine la carrière du général André. Comme technicien, André prend une part active à l’établissement des nouvelles méthodes de tir, aux études relatives à la mélinite, et à la confection des cartouches du nouveau fusil dit Lebel. Il fait partie des premiers théoriciens qui se sont occupés de l’aviation.
D’après le “Dictionnaire de biographie française" - Paris : Letouzey et Ané, 1933 et   “Histoire et prospective de l'École polytechnique" / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavau

 


Actualité polytechnicienne durant cette période

Le centenaire de l’Ecole polytechnique donne lieu à de nombreuses festivités

Le tableau du centenaire par...


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)