En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1919-FILLONNEAU, Etienne (Paris, 1866-1945)

X1885
Commandant de 1919 à 1921

 

Contexte historique

1919 : Création de la Société des nations (SDN) ; Fin des empires allemand, autrichien et ottoman
1920 : Loi interdisant la contraception et l’avortement
1921 : Conférence de paix de Paris. Elle fixe les réparations dues par l’Allemagne à 226 milliards de marks-or.

Elève de Polytechnique et de l’Ecole d’application, Fillonneau devient, en 1889, lieutenant du Génie, à Versailles, et y reste plusieurs années entrecoupées par un séjour au Soudan, où il s’occupe du chemin de fer. Capitaine, il entre en 1896, à l’Ecole supérieure de guerre. Officier breveté, il est stagiaire à l’état-major à Alger en 1898, sert au Dahomey en 1899 et vient à l’état-major du gouvernement militaire de Paris en 1900. En 1904, il sert en Indochine, notamment en Annam, à la base de Cam Ramh. Revenu à Versailles, il y assume les fonctions de major, quand il est promu chef de bataillon en 1907. En 1909, pendant quelques mois, il assure la direction du chemin de fer de Djibouti à Addis-Abeba. Affecté au 3e régiment du Génie à Arras en 1910, il est à l’état-major du gouvernement militaire de Paris, quand il est promu lieutenant-colonel en 1913. Au moment, de la déclaration de guerre, il se trouve en mission en Grèce. A son retour, il devient sous-chef d’état-major du général Maunoury et contribue au succès de la bataille de la Marne avant d’appartenir à la mission militaire attachée à l’armée britannique. Colonel à titre définitif en 1915, il dirige le Génie de l’armée d’Orient, où il se distingue en Macédoine occidentale. Rentré en France en 1917, promu général de brigade en 1918, il reçoit une mission de liaison auprès de l’armée américaine. Après l’Armistice, commandant d’abord le Génie de la place de Mayence en 1918, il reçoit ensuite le commandement de l’École polytechnique en 1919, avant de s’occuper de l’organisation de la gendarmerie ottomane en 1921. Devenu général de division en 1923, il est nommé inspecteur général du Génie et président du comité technique du Génie, avec rang de commandant de corps d’armée. Président de la commission d’organisation des régions fortifiées en 1927, il passe au cadre de réserve en 1928.

D’après  : “Dictionnaire de biographie française
Paris : Letouzey et Ané, 1933 ->”

 


Actualité polytechnicienne durant cette période

Jean Borotra, X1920 : L'un des plus grands joueurs de tennis que le monde ait connu. Il est le premier français à avoir remporté le tournoi de Wimbledon (en 1924, première victoire en simple à Wimbledon et à Roland Garros). Trois fois champion du monde, champion d'Australie, champion des États-Unis, champion d'Angleterre ; il fait partie de l'équipe de France qui conquit la Coupe Davis, avec les mousquetaires en 1927 et la conserva pendant 6 années.


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)