En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1945-BRISAC,  Pierre (Paris, 1897-1975)

X1919S
Général de 1945 à 1950

 

Contexte historique

1945 : Abolition de la IIIème république
1946 : Constitution de la IVème république ; Début de la guerre d’Indochine
1947 : Début de la guerre froide entre l’URSS et l’Occident
1949 : Création de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN)

Brisac s’engage en 1915 à 17 ans et demi. Envoyé à l’Ecole d’artillerie de Fontainebleau, aspirant à 18 ans, il part au front. Sous-lieutenant à 19 ans, et lieutenant à 21 ans, il achève ses quatre années de campagne, titulaire de quatre citations à l’Ordre et d’une blessure. Il entre à Polytechnique promotion 1919S. Il est à Saumur un excellent cavalier, et entre à l’Ecole de guerre à 28 ans. Il part au Levant, au Maroc où il met sur pied les batteries à cheval de la Légion Etrangère. Il entre à l’Etat-Major de l’Armée et à l’Inspection Générale de l’Artillerie, puis commande diverses troupes. Durant la deuxième guerre mondiale, encerclé dans les Vosges avec l’Etat-Major, il s’évade et parvient à rejoindre à pied la zone libre. Il participe à la Résistance intérieure en 1942, lors de l’invasion de la Zone libre, en montant à Grenoble un maquis, devenant le chef local de l’ORA. Il échappe de justesse à la Gestapo. Il lui faut passer à la totale clandestinité, appelé à Paris par le Général Revers, en qualité de Chef d’Etat-Major de l’ORA, sous le pseudonyme de Colonel Brachet. Il se trouve à Alger en 1944, avec mission d’effectuer une liaison auprès du Général de Gaulle, Président du Gouvernement provisoire de la Libération. Général de brigade, il commande Polytechnique de 1945 à 1950. C’est en 1945 que voit le jour l’Association des Anciens Elèves de l’École polytechnique (A.X.), et qu’est mise en œuvre la démolition du pavillon Joffre, la façade en étant sauvegardée. Le sesquicentenaire de l’Ecole est célébré en mai 1946 à l’Ecole, n’ayant pu l’être sous l’occupation. Le Centre de recherches physiques de l’École polytechnique est fondé en 1949. Leprince- Ringuet y constitue une équipe de Polytechniciens qui acquiert rapidement une renommée internationale dans l’étude des rayons cosmiques et des grandes énergies. La même année le drapeau de l’Ecole reçoit la croix de guerre 1939-1945. Quittant l’Ecole en 1950, Brisac prend la tête d’une Division d’Infanterie à Nancy, devient commandant en chef adjoint en Allemagne, puis chef d’Etat-Major adjoint «logistique ». Il assure pendant cinq ans les hautes fonctions de Secrétaire Général adjoint de l’Union de l’Europe occidentale, poste français le plus élevé dans un organisme technique relevant, non pas de l’OTAN, mais du Traité de Bruxelles de 1947 qui unissait le Benelux, la Grande-Bretagne et la France.

D’après : La Jaune et la Rouge ; n° 309 ; 1976  
et :  “Histoire et prospective de l'École polytechnique / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavauzelle


Actualité polytechnicienne durant cette période

Le troisième drapeau de l’École Polytechnique décoré de la légion d'honneur depuis avril 1914 et de la croix de guerre 1914-1918 en 1922.
En 1949, en présence du général Brisac, commandant l'École, M. Pleven, Ministre de la Défense nationale, épingle la croix de guerre 1939-1945 sur le drapeau de Polytechnique.


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)