En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1957-GUILLEBON, Jacques de (Lunéville 1909-1985)

X1930
Général de 1957 à 1959

 

Contexte historique

1958 : Retour du général de Gaulle; Constitution de la Vème République
1959 : Charles de Gaulle devient le premier président de la Vème république pour 7 ans. Il a 68 ans.

Entré à l’X en 1930, de Guillebon choisit de servir dans l’Artillerie Coloniale. C'est à Fort Lamy qu'il entend l'appel du 18 juin et il participe au ralliement du Tchad à la France libre en août 1940. Sous les ordres de Leclerc, il participe à l'expédition sur Koufra dont il reçoit la reddition. Chef d’état-major de la “Force L”, il combat au cours des deux campagnes sahariennes de 1941 et 1942 qui l’amènent à se joindre à l’armée britannique et à participer à la défaite de Rommel. A l’automne 1943, la “Force L” transportée au Maroc va se transformer en une division blindée de type américain, la 2e DB, et va participer au débarquement dans le Nord de la France en 1944. Il est l'un des premiers à entrer dans Paris et Strasbourg, nommé par Leclerc commandement d’un des trois groupements tactiques de la division. Poursuivant les combats en Allemagne, il s'empare de Berchtesgaden. Sa citation au grade de commandeur de la Légion d'honneur se termine par la phrase "il eut l'honneur de faire flotter le drapeau français à Berchtesgaden". Il est Compagnon de la Libération. Quelques semaines plus tard, le général Leclerc reçoit le commandement du C.F.E.O. (Corps expéditionnaire Français en Extrême-Orient) et Guillebon en devient chef d’état-major. Après trois ans à Berne comme attaché militaire, il est nommé au commandement de la subdivision de Gabès et des territoires du Sud-Tunisien de 1952 à 1957. Nommé général de Brigade, il prend le commandement de l’École polytechnique de 1957 à 1959, où il est promu divisionnaire. Il reçoit en juin 1959 le général de Gaulle venu rendre hommage à la réforme de Polytechnique et particulièrement au principe de réforme continue. La dernière affectation de Guillebon sera la direction de l’Institut des Hautes Etudes de Défense nationale et du Centre des Hautes Etudes militaires.

D’après :  “La Jaune et la Rouge ; n° 407, 1985”
et :  “Histoire et prospective de l'École polytechnique / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavauzelle, 1993. -”


Actualité polytechnicienne durant cette période
 
Le général de Guillebon accueille le général de Gaulle à l’École polytechnique en 1959, le 9 juin.


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)