En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

1965-MAHIEUX, Ernest (Origny-Ste-Benoite 1910-1977)

X1930
Directeur général de 1965 à 1968

 

Contexte historique

1965 : Le général de Gaulle est réélu président
1966 : Discours de Phnom Penh par Charles de Gaulle
1967 : Accord international sur l’Espace
1968 : Révoltes estudiantines dans le monde entier

Mahieux sort de l’École polytechnique, promotion 1930 dans  l’Artillerie. Il participe aux opérations de 1939 comme observateur en avion. Affecté en 1940 à Tlemcen, il est appelé, en 1943, à l’Etat-Major général Guerre, à Alger. En 1944, il rejoint Paris et il est promu Chef d’Escadron en 1945. Il commande, en Allemagne, puis à Moulins-les-Metz un régiment d’artillerie aérienne. Affecté en 1947 d’abord à l’Etat-Major du Commandement de l’Artillerie du Commandement Supérieur des Troupes d’Occupation en Allemagne, puis au 4e Bureau de l’Etat-Major du CSTO, dont il devient le chef en 1952, il sert en 1953 à l’Ecole d’Application de l’Artillerie, à Châlons-sur-Marne. Promu Colonel en 1956, il est nommé en 1957 Chef du Bureau Artillerie de la Direction des personnels Militaires de l’Armée de terre. En 1960, il devient l’adjoint du Général Commandant la Zone Nord Oranais et la 5e DB à Mostaganem, puis commande le secteur d’Inkerman, dans l’Ouarsenis, où il succède au Colonel Bernard Cazelles. Il lui succédera ultérieurement au Commandement de l’Ecole. Il revient à Paris en 1962, comme auditeur au Centre des Hautes Etudes Militaires et à l’Institut des Hautes Etudes de Défense nationale.  Nommé général de brigade en 1963, il devient adjoint au Général Puech, Directeur des Personnels Militaires de l’Armée de Terre. Le général Mahieux prend le commandement de l’École polytechnique de 1965 à 1968. Le général Mahieux se sentait très proche des élèves. Doué d’une finesse psychologique et d’un sens du dialogue, il comprend rapidement la situation lors des manifestations de 1968, adopte les mesures nécessaires, composant avec les extrêmes. Il rappelle aux élèves leurs obligations militaires tout en manifestant un esprit de tolérance. Finalement les événements de 1968 contribuent à accélérer et à élargir le processus des réformes : la Commission Lhermitte «dégage les axes principaux suivant lesquels l’École polytechnique devra évoluer afin de remplir au mieux sa fonction ».

In “La Jaune et la Rouge ; 1965”
“Histoire et prospective de l'École polytechnique / Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes. – Paris ; Limoges : Charles Lavauzelle, 1993. -”
et : “ Le Paris des Polytechniciens / textes réunis par B. Belhoste, F. Masson et A. Picon. – Paris : Délégation général à l’Action artistique de la Ville de Paris, 1994. –”

 


Actualité polytechnicienne durant cette période
 
Affiche du Point Gamma 1965 par Mathieu

Reportage photographique de l'ECPAD sur l'Ecole polytechnique en 1965

 


© Photos Collections École polytechnique-Palaiseau (France)