En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Clapeyron Émile X1816

Physicien
X 1816, 1799-1864)

Clapeyron part en Russie avec son ami Lamé. Il enseigne les mathématiques à l'École des transports de Saint-Pétersbourg, créée en 1809 et dirigée par Augustin Betancourt. Ils réalisent des ponts suspendus. Rentré en France, il construit la première voie ferrée française, entre Paris et Saint-Germain en 1835. En 1836 il entre à la Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Saint-Germain des frères Pereire pour participer à l'étude du tracé de la ligne de chemin de fer avec trafic voyageurs Paris-Le Pecq, avec Flachat, Lamé et Mony tous Saint-Simoniens. À partir de 1837, il travaille aux projets de chemins de fer du Nord de la France, et à partir de 1852 à l'exécution des lignes du Midi. Il fait faire des progrès au calcul des poutres et des voûtes de ponts, grâce à des considérations sur l'élasticité. Il est aussi l'auteur de progrès des machines à vapeur des locomotives, avec un mécanisme de détente de la vapeur. On lui doit le pont d'Asnières et un pont sur la Garonne. Professeur à l’ENPC à partir de 1844, il termine sa carrière comme ingénieur en chef. Il est élu à l'Académie des sciences en 1858. Il s’intéresse à l'œuvre de Sadi Carnot sur la thermodynamique moderne, et laisse son nom à l’équation de Clapeyron, " force motrice de la chaleur".