En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Des géomètres et des révolutions

<---Problèmes et théorèmes   Astrologues, algébristes et ingénieurs--->

«La philosophie, écrite dans le grand livre de l’univers, est formulée avec le langage des mathématiques. Sans lui il est humainement impossible de comprendre quoi que ce soit et on ne peut qu’errer dans un labyrinthe obscur».
Galilée, L’essayeur

Les collections historiques de l’École polytechnique nous engagent à un voyage temporel de l’antiquité grecque aux XVe - XVIIe siècles.  Avec l’apparition de l’imprimerie, cette époque est celle de la Renaissance de la science grecque antique. L’imprimerie ne permet pas seulement de diffuser les livres à plus grande échelle mais aussi de regrouper différentes éditions d’un même ouvrage et par là de comparer les strates de commentaires et réinterprétations accumulées durant le Moyen Âge. Cette homogénéisation favorise l’apparition d’une attitude critique vis-à-vis de l’autorité des livres anciens.

 

Galilei Galilei,... Systema
cosmicum in quo dialogis IV
et de duobus maximis mundi
systematibus, Ptolemaico
et Copernicano,…
1641
B2 13

C’est ainsi principalement dans l’objectif de revenir à la pureté originelle de la géométrie grecque que Copernic propose de chasser la Terre du centre du système du monde  pour la remplacer par le Soleil : cette hypothèse mathématique vise en effet à décrire les trajectoires des corps célestes par la perfection d’un système de cercles concentriques en révolutions. De part l’impact philosophique de cette hypothèse mathématique, le terme « révolution », d’origine mathématique, va prendre la signification historique d’une « révolution scientifique » portée par de nouveaux rapports entre mathématiques, observation et expérimentation.

Copernic, Nicolas (1473-1543)
De revolutionibus orbium
coelestium libri VI…
Nicolai Copernici
1556
B2 3

Mais cette évolution est loin d’impliquer une rupture soudaine avec le passé. Ainsi, lorsque Galilée proclame que le grand livre de l’Univers est écrit en langage mathématique, ce langage reste celui des figures des Éléments d’Euclide. C’est ainsi avec des triangles et des carrés que Galilée exprime la distance parcourue par un corps en chute libre en fonction du temps et annonce le rôle essentiel que sera amenée à jouer la notion mathématique de fonction  dans le concept moderne de loi physique.

 

 

 

Tycho Brahe (1546-1601)
Historia coelestis complectens observationesTychonis Brahe...
1666
B2 20

Joannis Keppleri Harmonices
mundi libri V…
1619
B2 8

Platon (0427?-0348? av. J.-C.)
Le Timée de Platon, traittant de la nature du monde, & de l'homme...
(1581)
Q1 31

<---Problèmes et théorèmes   Astrologues, algébristes et ingénieurs--->