En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Des mathématiciens mythiques

<--- Mathématiciens des origines : scribes et écoliers

  Des arythméticiens discrets aux géomètres continus --->

 

Si des mathématiques ont été pratiquées par toutes les civilisations, c’est en Grèce que de premiers mathématiciens sortent de l’anonymat aux VIIe-VIe siècles avant notre ère pour marquer l’histoire de leur nom. Comme Ulysse, Achille et autres héros d’Homère, les figures de Thalès et Pythagore ont nourri des récits qui tiennent davantage du mythe que de l’histoire. Les premières traces écrites sur ces deux pères fondateurs nous parlent à plusieurs siècles de distance, depuis l’Athènes de Platon et Aristote au IVe siècle avant notre ère. Elles dessinent deux grandes spécificités des mathématiques  grecques.

 

 

Diogène Laërce (02..-02..)
Les vies des plus illustres philosophes de l'antiquité...
1761
Q1 19
Plutarque (0046?-0120?)
Les Œuvres morales et meslées de Plutarque...
1621
Q3 21

La première tient à la circulation des savoirs entre les rives de la Méditerranée et témoigne de l’importance des contacts entre différentes cultures pour les évolutions des mathématiques. Cette circulation est personnifiée par Thalès qui, lors d’un voyage en Egypte, aurait accédé aux anciens secrets des scribes. Thalès est ainsi présenté comme l’intermédiaire entre les mathématiques orientales, considérées comme des techniques, et la future géométrie grecque qui affirmera un caractère abstrait. L’épisode le plus célèbre en est la légende de la mesure de la grande pyramide au moyen des proportions des ombres projetées par les rayons du Soleil : la résolution de problèmes pratiques nécessite l’introduction de concepts abstraits comme ceux de droites ou de parallèles.

 

  

Astrolabii declaratio,
ejusdemque usus mire
incudusa Iacobo Koebelio
1551
B2 61

La seconde tient au caractère agonistique de la Grèce antique. Loin d’un tout unifié, cette dernière est constituée d’une myriade de petits états et d’écoles de pensées. Adorateurs des nombres de la secte de Pythagore, fils de la terre  ou encore amis des formes ... les Grecs ne sont d’accord sur rien : la lutte (agôn) joue un rôle profond dans leur civilisation. Par les pratiques d’argumentation qu’ils forgent pour leurs joutes oratoires, ces penseurs rivaux vont paradoxalement construire ensemble un accord sans équivalent, dont la grandeur a su perdurer jusqu’à nous bien plus sûrement que la grande pyramide : la démonstration mathématique.

Fournier, Georges (1595-1652)
Hydrographie contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigation.
1667
J2 35

 

<--- Mathématiciens des origines : scribes et écoliers

  Des arythméticiens discrets aux géomètres continus --->