En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Il était une fois la BCX : la création

La bibliothèque est créée l’année même de la fondation de l’Ecole en 1794.

Le premier bibliothécaire est un physicien Pierre Jacotot (1755-1821), secondé par François Peyrard (1760-1822).

Le premier fonds est constitué d’environ 500 volumes provenant de l’Ecole du génie de Mézières.

Les ouvrages sont ensuite sélectionnés dans les dépôts littéraires de Paris : 1 800 000 volumes provenant de 1 100 bibliothèques dont les collections furent confisquées par le gouvernement révolutionnaire.
Jacotot jusqu’en 1795 puis Peyrard jusqu’en 1802 réunissent près de 10 000 volumes dont de nombreux livres richement reliés et armoriés.
S’y ajoutent dès 1795 une centaine de volumes de mathématiques et d’art militaire confisqués aux couvents de la Belgique récemment conquise.

Gaspard Monge (1746-1818), membre de la Commission des savants et des artistes envoyés en Italie par le général Bonaparte à la suite du traité de Tolentino en 1797, prélève dans les bibliothèques particulières du Pape Pie VI et du Cardinal Albani une centaine d’ouvrages. On note le « Vitruve » de Marcus Vitruvius Pollio édité en 1511, prestigieux ouvrage d’architecture réalisé pour le bibliophile Thomas Mahieu.

Les collections sont ensuite enrichies par des acquisitions mais aussi par des dons, comme celui du Duc d’Angoulême, ami d’Ambroise Fourcy, conservateur de la Bibliothèque jusqu’en 1842.

Le fonds d’ouvrages anciens devenu la réserve n’a jamais cessé de s’étoffer. Ainsi en 1993, la donation d’Alfred Sauvy (X 1920) sociologue, démographe et bibliophile, a enrichi les collections de 1800 ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles. La Société des amis de la Bibliothèque et de l’histoire de l'X (SABIX) participe à la valorisation de ce fonds ancien et l’enrichit au moyen de dons, de legs et d’achats.

Aujourd’hui la BCX continue d’enrichir ses collections contemporaines et anciennes. Elle compte près de 300 000 documents dont 17 000 datant de 1456 à 1850. Toutefois, le support papier est remplacé par le numérique et la plupart des revues sont désormais dématérialisées. Le phénomène est plus lent pour les livres. L’ère de l’Internet a changé le visage de la bibliothèque, nous le découvrirons dans un prochain article.

Sources :  La bibliothèque d’hier, la réserve d’aujourd’hui par Delphine Pertrizeard; bulletin Sabix n°22 1999