En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Il était une fois la BCX : le déménagement des archives

La résurrection des archives

C’était dans la seconde partie des années 70, au temps où l’Ecole polytechnique vivait ses derniers moments parisiens, sur le site de la Montagne Sainte-Geneviève.
Les archives étaient entreposées le long des parois d’une sorte d’entresol, juste au-dessus du bureau du conservateur. Par manque de place, le bureau de catalogage des ouvrages se trouvait en quelque sorte « niché » au milieu de quelques cinq cents vénérables cartons de couleur fauve qui contenaient toute l’histoire de l’Ecole, depuis sa fondation mouvementée.

Les archives à Paris vers 1975... « Un décor balzacien ».

Automne 1977
Le transfert de l’Ecole de la Montagne Sainte Geneviève vers le nouveau site de Palaiseau réveille en sursaut ce petit monde un peu engourdi. Mais sans précipitation... Oubliées dans leur entresol, derrière des vitrages de plus en plus opaques, les archives voient mourir la « Vieille Ecole »... Plus personne pour faire le ménage, dans des bureaux déjà bien gris et des couloirs jaunâtres désertés...
Les pauvres archives furent le dernier chargement de la Bibliothèque à être embarqué dans le dernier camion de déménagement par un jour glacial et brumeux de décembre 1977. A Palaiseau, elles se retrouvent entreposées sur les seuls rayonnages encore disponibles dans le magasin de la Réserve de livres anciens, où elles retombent en léthargie pendant cinq ans.

Branle-bas de combat soudain le 3 février 1983
Il s’agit tout d’un coup de trancher sur le sort des archives de l’Ecole. Pourquoi cette soudaine agitation ? Parce que la communauté scientifique nationale s’est montrée préoccupée par l’état de déshérence des susdites archives, « dont l’intérêt est capital pour toutes les études sur l’histoire des sciences depuis la Révolution française », selon les termes de M. Christian Houzel, président de la Société Mathématique de France.
Les spécialistes du S.H.A.T., le Service Historique de l’Armée de Terre, appelés à la rescousse, proposent le transfert provisoire des archives de l’Ecole dans les locaux du Château de Vincennes, avec deux personnes de la Bibliothèque, pour formation « sur le tas » de celles-ci et reclassement de celles-là.
C’est en mai 1983 qu’archives et personnels s’installent dans la casemate U du Château de Vincennes, où les archives de la guerre d’Algérie, en attente de classement, s’étaient « poussées » pour faire de la place.
Cela va durer sept mois de reclassement et d’inventaire jusqu’au retour à Palaiseau en janvier 1984 où les archives sont enfin à nouveau accessibles au public.
C’est avec la création d’un service « Patrimoine » au sein de la Bibliothèque, à la veille du bicentenaire de l’Ecole polytechnique en 1993, que la consultation des archives deviendra un  véritable service offert aux usagers. Devenu une composante du Centre de Ressources Historiques créé en 2005, il accueille, dans un espace dédié de la BCX, sur rendez-vous avec l’archiviste Olivier Azzola : historiens effectuant des recherches pointues sur l’histoire de l’enseignement, élèves poursuivant des recherches sur les fonds particuliers pour ses travaux pratiques d’histoire des sciences ou tout un chacun en quête de ses origines polytechniciennes…

 

Consultation des Archives sur rendez-vous, du lundi au vendredi, de 9h30 à 16h30
Archives : Olivier Azzola  Tél : 01.69.33.35.43

Sources :  La résurrection des archives Chronique drolatique. par Claudine Billoux ; bulletin Sabix n°22 1999