En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Jomard et la géo-éthnographie

<--- L'Institut de France   Jomard et l'École égyptienne de Paris --->

La Société de géographie de Paris, la plus ancienne du monde, est créée en 1821. Jomard figure parmi les membres fondateurs.

Il prend une part très active aux travaux de sa Commission centrale dont il est, en quarante ans, treize fois président et seize fois vice-président. Il instaure une fructueuse collaboration avec le Dépôt de géographie (futur département des Cartes et plans) de la Bibliothèque royale, qu’il crée en 1828.

A la Bibliothèque royale, il multiplie les efforts en vue de créer un véritable musée d’ethnographie, complément naturel, dans son esprit, des collections proprement géographiques. Il échoue finalement mais ses Considérations sur l’objet et les avantages d’une collection spéciale consacrée aux cartes géographiques et aux diverses branches de la géographie, imprimées en 1831, inspireront les créateurs du Musée d’ethnographie du Trocadéro, ouvert en 1878, à la faveur de l’exposition universelle, qui deviendra le Musée de l’Homme, et reprendra le système de classification des objets ethnographiques préconisé par Jomard « selon l’ordre dans lequel se développent les besoins de l’homme ». Ce système innovant, qui privilégiait la fonction de l’objet au détriment de l’ordre géographique et de la nature des matériaux, faisait explicitement référence à la taxinomie de Cuvier. Le rassemblement en un même lieu d’objets identiques en usage chez des peuples séparés géographiquement, ouvrait la voie à une étude comparative des cultures.
Dès 1838, Jomard déclarait dans un discours devant la Société de géographie « Bientôt, les ouvrages de l’homme sur toute la terre, successivement, seront étudiés et rapprochés : l’ethnographie sera devenue inséparable de la géographie, dont elle est l’âme et la fin véritable ».


cliquez sur l'image pour l'agrandir
Journal d'un voyage à Tombouctou et à Jenné, dans l'Afrique centrale : précédé d'observations faites chez les Maures Braknas, chez les Nalous et d'autres peuples : pendant les années 1824, 1825, 1826, 1827, 1828 /par René Caillié ; avec une carte itinéraire et des remarques géographiques par M. Jomard, membre de l'Institut
Paris : Imprimerie royale, 1830
3 vol. : pl. gr. ; 21 cm
Voyage au cours duquel Caillié atteignit Tombouctou, en passant par la côte de Guinée, le Rio Nunez, le Fouta-Djalon, le Bani et le Niger, puis en revint par le Sahara et le Maroc. Portrait gravé de René Caillié : "Couché fils sculp."
O3 95
Collections EP

 

<--- L'Institut de France   Jomard et l'École égyptienne de Paris --->