En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

L'engagement mathématicien

<--- Engagements pour la recherche et l'enseignement en France et dans le monde   Deux grandes passions --->

“Beaucoup ont aujourd’hui tendance à considérer les scientifiques, mathématiciens ou non, comme des gens peu soucieux de morale, nuisibles, enfermés dans leur tour d’ivoire et indifférents au monde extérieur. Le Comité des mathématiciens est une brillante illustration du contraire.”


cliquez sur l'image pour l'agrandir
L'Express 1958 : l’homme censuré à la TV vous parle
IX LS A.IV.1.1
Fonds Laurent Schwartz (1915-2002)

L’engagement citoyen et politique de Laurent Schwartz a pris de nombreuses formes. Un temps trotskiste (1936-1947), puis membre fondateur du Parti Socialiste Unifié en 1960, Schwartz a participé à de multiples comités ainsi qu’à des centaines d’échanges avec des ressortissants de tous pays, mathématiciens ou non, pour la défense des droits de l’homme.  Dès 1947, Henri Cartan craignait qu’il n’abandonne les mathématiques pour la politique, ainsi qu’il s’en était ouvert à André Weil  : « car si on attend Schwartz...Quel malheur de songer qu’un être aussi doué va de plus en plus sacrifier les maths à la politique! ».

Schwartz choisit pourtant les mathématiques, et ce choix se traduit dans les formes prises  par ses engagements.  Après s’être mobilisé dans l’Affaire Maurice Audin, ainsi qu’au sein du Comité Audin pour dénoncer la torture dans la guerre d’Algérie, Laurent Schwartz a étendu son engagement à la défense de prisonniers d’opinion, notamment ceux qui étaient mathématiciens. Son engagement contre la colonisation l’amène à créer le Comité Vietnam National et à participer au Tribunal Russell. Laurent Schwartz est resté très attaché au Viêtnam où il est retourné à de très nombreuses reprises. Au sein du Comité des Mathématiciens, qu’il fonde avec Henri Cartan et Michel Broué en 1974, Schwartz prend la défense de nombreux mathématiciens emprisonnés. Ce comité, qui se réunissait fréquemment à l’issue des séminaires Bourbaki, avait pour double vocation de représenter l’ensemble de la communauté mathématique et de faire circuler l’information en son sein. Il s’est notamment mobilisé lors du Congrès International des Mathématiciens de Varsovie, qui eut lieu en 1983 et non en 1982, en raison de l’état de siège en Pologne.

 

<--- Engagements pour la recherche et l'enseignement en France et dans le monde   Deux grandes passions --->