En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Les engagements de Jacques Hadamard

<--- Retour à l'accueil de l'exposition   Mathématicien universel --->

"M. Hadamard, ce n'est pas seulement un savant, c'est un homme."
L. Schwartz

 


cliquez sur l'image pour l'agrandir
Portrait de J. Hadamard, professeur d'analyse à l'E.P.
Paris : Studio Harcourt,[1950-1960]
Don de sa fille Madame Picard, 25 mai 1965
PHX 504426

1865-1963 : cette période de près d’un siècle qui sépare l'époque de l’apogée des grands trois-mâts de celle de la conquête spatiale a aussi été marquée par les engagements de Jacques Hadamard.
Engagement intellectuel, tout d'abord : excellant dans toutes les matières du concours de l'École polytechnique, Hadamard y a été reçu avec un nombre de points inégalé. Il optait cependant pour l'École normale supérieure mais entrait finalement à l’X en 1912 en tant que professeur.

Une quinzaine d'années auparavant, sa première candidature sur un poste de répétiteur avait été bloquée en raison de sa parenté avec l'épouse du capitaine Dreyfus. La révolte d’Hadamard contre cette injustice avait incité d’autres mathématiciens, notamment Painlevé et Poincaré, à intervenir pour réfuter toute base scientifique aux preuves avancées pour emprisonner Dreyfus. Hadamard lui même est intervenu au procès de Rennes de 1899, et a contribué cette même année à fonder la Ligue des droits de l'homme : l’affaire Dreyfus a inauguré les engagements politiques d'Hadamard.


cliquez sur l'image pour l'agrandir
Painlevé : (Mécanique)
Paris : Sartony Editeur d'Art, 1930
Album souvenir de l'École polytechnique 1930
X2B 144


cliquez sur l'image pour l'agrandir
Portrait du capitaine Dreyfus
Reproduction d’un portrait paru dans la presse

En 1914-1918, Hadamard a engagé son savoir dans l'effort de guerre. Avec des physiciens  comme Weiss, Langevin ou Cotton, il a travaillé à la détection par le son des batteries adverses. Avec des mathématiciens comme Maurain, Lebesgue ou Borel, il a participé à la Commission de balistique mise en place par Painlevé, devenu "ministre de l'Instruction publique et des Inventions intéressant la Défense nationale". Les tranchées de Verdun ont pris à Hadamard deux fils : Pierre (X 1914) et  Étienne. Son troisième fils, Mathieu, combattant des FFL, a été tué en 1944.
Durant l'Entre-deux-guerres, Hadamard s'est engagé pour la paix. Avec d’autres savants, comme notamment Einstein, il a participé au débat sur le rôle des institutions internationales. Hadamard a aussi contribué à fonder l'Union rationaliste avec d'autres intellectuels progressistes comme Borel, Perrin et Langevin. Il s'est opposé aux extrémismes et a apporté son soutien au mathématicien Vito Volterra, menacé par le régime fasciste. Hadamard a plus tard été lui-même contraint de s'exiler aux USA pour fuir la législation antisémite du régime de Vichy.

 

<--- Retour à l'accueil de l'exposition   Mathématicien universel --->