En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Sciences et lettres : définitions croisées. Édouard Estaunié à l’Académie française

Par Paul Bastide et Treyvis David (X2010)
La figure d'Édouard Estaunié (X 1882), qui mène de front une carrière scientifique et une carrière littéraire de romancier, est particulièrement intéressante à étudier. Élu à l'Académie française en 1923, comment cet ingénieur polytechnicien est-il perçu par ses pairs et de quelle manière assume-t-il sa condition d'immortel ? Quelle peut être la place d'un scientifique dans une institution qui prétend décerner des prix littéraires prestigieux ? Le Discours de réception d'Édouard Estaunié, parce qu'il s'attache à démontrer l'utilité d'une formation scientifique pour un écrivain et, plus avant, le rôle essentiel des sciences mathématiques dans la « pensée française », propose une définition croisée des sciences et de la littérature.

Quelques compléments à cet article au sein des collections patrimoniales de l'Ecole :

Portrait d’Édouard Estaunié en 1882. (C) Collections de l’École Polytechnique

Édouard Estaunié  (X 1882 ; 1862-1942) : consulter la fiche matricule de cet élève polytechnicien, devenu ingénieur puis directeur de l'École d'application des postes et télégraphes où il inaugure notamment l'usage du terme 'télécommunication'. Parallèlement à sa carrière scientifique, Estaunié poursuit également une activité de romancier qui lui vaudra d'être élu à l'Académie française en 1923.

A l'occasion du centenaire de l'X, Estaunié a notamment consacré un article  à la question de la vie intime à l'École polytechnique. Son discours de réception à l'Académie française peut être consulté à la bibliothèque ainsi que plusieurs de ses romans  :

 

Mais cette liste ne saurait ignorer les ouvrages scientifiques d'Estaunié :

 


Pour en savoir plus :

Ressources en ligne :

Ressources disponibles à la BCX  :

 


Table des illustrations


  

Institut de France, gravure du XVIIIe siècle. (C) Collections École polytechnique.

 


 

Portrait d’Édouard Estaunié en 1882. (C) Collections de l’École Polytechnique.

 

 


 

Édouard, Estaunié, La vie secrète, Paris : Perrin, 1929. (C) Collections de l’École Polytechnique.

 

 


 

Édouard, Estaunié, Les choses voient, Paris : Perrin, 1925.

 


 

Timbre français de 1962, en l’honneur du centenaire de la naissance d’Estaunié.