En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Un dessin de David conservé à Polytechnique est au Musée de la Révolution française

Le Bélisaire de Jacques Louis David fait partie de l’exposition « Figures de l’exil sous la Révolution » du 24 juin au 26 septembre 2016 à Vizille (Isère)

L’École centrale des travaux publics qui devient l’Ecole polytechnique est créée en 1794. C’est une école révolutionnaire sans ressources. On puise dans les dépôts révolutionnaires pour constituer des collections supports d’enseignement (ouvrages, dessins, instruments scientifiques).
Une collection de dessins de maître est constituée, pour l’épreuve de dessin d’imitation, à partir des confiscations des biens des émigrés et des condamnés.

Le Bélisaire de David provient de l'Hôtel de Clermont d'Amboise, rue Montholon. Il est saisi le 6 juin 1793 et mis sous séquestre au dépôt national de la rue de Beaune. Il est livré à l'Ecole centrale des Travaux publics le 24 frimaire an III.
Victime de la Révolution, le marquis Henri-Michel de Clermont d'Amboise (1728-1792) était ambassadeur de France à Naples. Il y rencontre David en 1779, le retrouve à Paris, au moment de son élection à l'Académie et lui achète alors son dessin exposé au Salon de 1781.

C’est un dessin à la plume sur papier gris aquarellé et rehaussé de blanc de Chine. David le réalise à Rome lors de la prolongation de son séjour au Palais Mancini (1779-1780). Ce dessin, signé en bas et à droite : « L. David invenit et delineavit 1779 12 ap. », est une étude préparatoire pour Bélisaire reconnu par un soldat, toile conservée au Musée de Lille.

Ce dessin est classé au titre des « Monuments historiques » par arrêté du ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts du 30 juin 1908.

Si vos congés d'été vous amènent jusqu'à Vizille en Isère, allez découvrir les oeuvres de ces artistes, peintres et sculpteurs inspirés par l'antiquité pour traduire des épreuves traversées pendant la Révolution française, telles que l'éxil.

En savoir plus.