En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Une Restauration difficile

<- Une école impériale militaire et disciplinée La gloire populaire des révolutions
de 1830 et 1848 ->

 

L'Empire ne rallia jamais vraiment les élèves à sa cause, mais en 1814, lorsque les troupes étrangères sont aux portes de Paris, les élèves qui n'avaient suivi que quelques cours d'artillerie défendent avec un courage extraordinaire la barrière du Trône. Leur action, pour brillante qu'elle soit, n'empêche pas l'invasion. Napoléon abdique, Louis XVIII revenant de l'exil accède au pouvoir; les élèves reprennent les cours. Les Cent jours vont remettre tout en question, car les élèves acclament le retour de l'empereur et acceptent d'autant plus mal la Restauration.

Des mesures maladroites, comme le renvoi de Monge, exaspèrent les élèves qui manifestent leur opposition par des chahuts et des actes d'indisciplines. En 1816, à la suite d'un chahut particulièrement sévère, le roi licencie toute l'École. Auguste Comte, élève de la promotion 1814 fera partie des élèves licenciés. Les cours ne reprendront qu'en 1817, pour environ la moitié des élèves .

L'École est dotée d'un nouveau statut : elle n'est plus militaire, l'uniforme devient civil, les élèves sont toujours en internat, la discipline est d'autant plus tatillonne qu'elle impose des obligations religieuses comme la prière et la messe, mais la vocation première de l'École, à savoir, former des jeunes cadres scientifiques pour le service de l'Etat, n'est pas modifiée.

 

<- Une école impériale militaire et disciplinée La gloire populaire des révolutions
de 1830 et 1848 ->