En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Bio-ingénierie, biologie et santé

>Transposer les concepts et outils avancés de la physique, de la chimie, de l’optique ou de la mécanique pour améliorer la compréhension du vivant et développer des diagnostics et des traitements plus performants,
>Modéliser et simuler les processus biologiques et l’évolution du vivant,
>Concevoir de nouveaux matériaux et dispositifs miniaturisés et communicants pour développer une médecine personnalisée.

Autant de sujets aux interfaces de la biologie qui incarnent la spécificité de cette recherche à l’École polytechnique en l’inscrivant dans une synergie interdisciplinaire propice à son épanouissement.


Des exemples de projets de l'École polytechnique :

Le stent cardiovasculaire intelligent

Le Laboratoire d’Hydrodynamique (LadHyX, École polytechnique, CNRS) et Instent, un de ses spin-off, travaillent en synergie pour optimiser la performance des stents. Leur projet « MOTEUR : MOniTored stEnt simUlation platfoRm », sélectionné dans les appels à projet A.S.T.R.E. du conseil dé- partemental de l’Essonne, vise à développer un système de télésurveillance des artères d’un patient, suite à la pose d’un stent. Ces recherches sont notamment soutenues par le Fond AXA pour la recherche et la Fondation de l’X. Les travaux de Julie Lafaurie-Janvore, post-doctorante de cette équipe, portant sur l’amélioration de la cicatrisation de l’artère après la pose de stents, ont également été récompensées par la bourse L’Oréal « Pour les Femmes et la Science ».

Des nanoparticules luminescentes pour des diagnostics plus performants

Lumedix Technologies, spin-off du Laboratoire d’optique et biosciences (LOB, École polytechnique, CNRS, Inserm), primé au concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes (iLab), est un exemple du lien entre recherche fondamentale et innovation. La start-up développe une nouvelle génération de tests de diagnostic in vitro utilisant des nanoparticules luminescentes. Elle s’appuie sur les recherches menées au LOB, en collaboration avec le laboratoire de Physique de la matière condensée (PMC, École polytechnique, CNRS), qui concernent la compréhension du fonctionnement des protéines et de leur organisation au sein des cellules et des tissus, et la mise au point de nouvelles approches d’imagerie. Dans ce cadre, le LOB a également déposé récemment un brevet sur une méthode d’imagerie multi-couleur pour quantifier précisément la dynamique spatio-temporelle des espèces oxydantes.