En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Avec la start-up meteo*swift, l'X s'attaque au défi climatique

Lauréate du Prix X-Grant Silicon Valley, Morgane Barthod crée meteo*swift pour prévoir la production d’électricité éolienne. La Fondation soutient 20 projets, dont ce Prix, pour répondre à 4 défis : économique, climatique, sanitaire et sécuritaire.
Morgane Barthod (X 2010), lauréate du Prix X-Grant Silicon Valley 2016 et fondatrice de la start-up meteo*swift
Financé par la Fondation de l’École polytechnique et par le Friends of Ecole Polytechnique, sa structure sœur basée aux États-Unis, le Prix X-Grant Silicon Valley a pour ambition de promouvoir la création d’entreprises auprès d’élèves issus de l’écosystème entrepreneurial de l’X en soutenant leurs projets. Morgane Barthod (X 2010), 25 ans, a été récompensée par ce Prix en 2016 avec sa start-up meteo*swift (meteorology & simulation for a wind forecasting tool) pour son innovation de rupture liée à la production journalière d’électricité éolienne
Après avoir suivi le cursus ingénieur polytechnicien, Morgane Barthod rejoint le Master « Energies du XXIème siècle » de l’École polytechnique. Elle explique avoir toujours été passionnée par les thématiques environnementales et énergétiques, auxquelles elle a consacré tous ses projets scientifiques et stages à l’X. C’est au cours de son dernier stage, dans un bureau d’études éolien (Meteolien), que meteo*swift a pris forme. 
Très rapidement, Morgane Barthod candidate à la bourse X-Grant Silicon Valley en 2016, dont elle devient l’une des lauréates. Elle obtient ainsi une bourse de 33 000 $ qui lui permet d’embaucher sa première collaboratrice. Un tremplin rapide inespéré qui confirme ses ambitions : « En recevant le Prix X-Grant Silicon Valley, j’ai eu la confirmation, par un panel de professionnels connus et reconnus, de l’innovation que représentait meteo*swift au cœur d’un secteur aussi mouvant que celui de l’éolien. J’ai toujours voulu jouer un rôle dans ce domaine qui mature de jour en jour. »
Encore minoritaire aujourd’hui dans la part de production électrique, l’électricité éolienne tend désormais à y détenir une place significative. « Si les productions sont précisément quantifiables pour le charbon ou le nucléaire, l’énergie éolienne est plus difficile à maîtriser » constate Morgane Barthod. Meteo*swift, en analysant les conditions météorologiques et les capacités de production d’un parc éolien, réduit les incertitudes liées à la production d’énergie propre. Pour cela, Morgane Barthod fait appel à de nombreuses disciplines scientifiques : « Nous travaillons sur trois axes principaux : la prévision de la production éolienne, la stratégie de vente d’électricité éolienne sur les marchés et l’analyse de datas de terrain pour une aide au suivi d’exploitation. Ces travaux nécessitent des compétences dans des domaines aussi larges que la météorologie,  la mécanique des fluides, les statistiques, l’intelligence artificielle liée au Big data… Nos partenaires sont nombreux car l’enjeu est de taille : nous souhaitons faire de l’éolien une source d’énergie fiable pour ses exploitants. » 
Aujourd’hui basée à Grenoble et à Toulouse, meteo*swift a de belles perspectives d’avenir : Morgane Barthod a récemment signé ses premiers contrats avec d’importants exploitants de parcs éoliens (dont Boralex, présent en France, aux États-Unis et au Canada), des agrégateurs de production électrique (Solvay) et un grand groupe allemand, Uniper. L’extension de sa start-up à l’international est en cours et, pour accélérer ce mouvement, Morgane Barthod engage une première levée de fonds fin 2017.