En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

La chaire professorale Jean Marjoulet

A travers la Chaire professorale Jean Marjoulet, l’École polytechnique recrute tous les trois ans un enseignant-chercheur de moins de 40 ans à fort potentiel, enseignant à temps plein à l'École polytechnique dans l'un de ses domaines d'excellence.

Véritable « pépinière de jeunes talents », cette Chaire est avant tout une histoire familiale. Hugues Lepic, X1984, en est à l’origine. Généreux donateur, il a choisi de   soutenir la recherche à l’École polytechnique et de donner à la Chaire le nom de son grand-père, lui-même Polytechnicien (X 1919). Une enveloppe de 100 000 € est allouée au chercheur titulaire de la Chaire pour financer son projet de recherche, à travers notamment le recrutement de post-doctorants et l’achat d’équipement.

« La Chaire Jean Marjoulet est un outil vivant, mis à la disposition de l’École, pour permettre d’attirer des talents d’exception dans les domaines scientifiques d’excellence de celle-ci. Elle doit permettre d’attacher à l’École polytechnique des enseignants chercheurs à fort potentiel, à un moment important et particulièrement productif de leur carrière de chercheur. On peut espérer qu’elle contribuera ainsi au rayonnement scientifique et international de l’École. J’ai souhaité y attacher le nom de mon grand-père, Jean Marjoulet, qui était très attaché à l’X, sans doute parce que cette École représentait pour lui un idéal d’excellence et de mérite auquel il adhérait fortement. En ce qui me concerne, la création de cette Chaire représente le paiement d’une dette, que, comme chaque ancien élève de l’École, j’ai contracté en bénéficiant de la qualité de son enseignement, de sa réputation, de son histoire et de son prestige. » Hugues Lepic  (X 1984)


Camille Duprat, titulaire de la Chaire Jean Marjoulet depuis 2017

Après un Master de Physique à l’Université de Manchester et un Master en Physique des liquides et matière molle - Magistère de Physique Fondamentale à l’Université Paris-Sud, Camille Duprat a effectué un Doctorat sur la Physique des liquides au sein du Laboratoire Fluides Automatiques et Systèmes Thermiques de l’Université Pierre et Marie Curie.

Mécanicienne des fluides, elle a rejoint le Laboratoire d’Hydrodynamique de l’École polytechnique en 2013. Dans le cadre de la Chaire Jean Marjoulet, Camille Duprat travaille aujourd’hui sur les tissus innovants, et notamment sur les propriétés des textiles non-tissés qui consistent en un ensemble de fibres enchevêtrées.

Alors que les textiles se retrouvent dans un grand nombre de secteurs d’activité où ils sont privilégiés pour leurs qualités notamment de filtration, d’isolation thermique, de rétention d’eau ou absorption de liquide, et pour leur grande adaptabilité, l’objectif de ses recherches est d’isoler et de comprendre les mécanismes fondamentaux qui gouvernent les propriétés des textiles non-tissés et leurs interactions avec des liquides.

En effet, il est nécessaire d’identifier les principes fondamentaux si l’on veut créer des textiles intelligents innovants, à base de procédés économes en ressources et énergie.


Maks Ovsjanikov, deuxième titulaire de la Chaire Jean Marjoulet (2014 - 2017)

Originaire de Lettonie, Maks Ovsjanikov est diplômé d’un doctorat d’ingénierie mathématique et informatique de Stanford, qui lui a valu un prix d’excellence de l’université américaine, et titulaire d’une Chaire CNRS. Il a rejoint le Laboratoire d’Informatique de l’École polytechnique (LIX) en 2012 après avoir travaillé un an dans le pôle recherche de Google sur des projets d’analyse d’images et de formes en trois dimensions.

La recherche de Maks Ovsjanikov porte sur l’analyse de données multimédia, telles que des images, des vidéos ou encore des modèles en trois dimensions, dont le nombre s’est véritablement démultiplié au cours des 20 dernières années. Dans ce contexte, le projet de recherche de Maks Ovsjanikov vise à améliorer l’analyse et le traitement de ces nombreuses données hétérogènes. Ce projet pourra s’appuyer sur de nombreuses collaborations à l’international et ainsi favoriser les échanges du Laboratoire d’Informatique de l’École polytechnique avec des partenaires académiques et industriels privilégiés.

Maks Ovsjanikov a obtenu le Prix Eurographics 2014 dans la catégorie "Jeune chercheur".


Vincent Bansaye, premier titulaire de la Chaire Jean Marjoulet (2011- 2014)

Diplômé de l’ENS Cachan, agrégé de mathématiques et professeur chargé de cours à l'École polytechnique depuis septembre 2009, Vincent Bansaye travaille au Centre de Mathématiques Appliquées (CMAP) de l'X, sur la modélisation mathématique appliquée à la biologie et à l'écologie.

La modélisation du vivant, et notamment les questions liées à la biodiversité, aux déplacements et aux extinctions des espèces ou à l'évolution du climat, constituent de grands enjeux pour lesquels il est important de développer des modèles aléatoires, de comprendre leur lien avec les modèles déterministes et d'obtenir des applications statistiques. L'allocation budgétaire de la Chaire Jean Marjoulet lui a ainsi permis de recruter des post docs et d'étoffer de manière significative son équipe.