En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L'X, 3e du Tournoi international des physiciens

L'équipe de l'École polytechnique a terminé à la troisième place de la finale de la 9ème édition de l'International Physicists' Tournament, qui avait lieu du 8 au 13 avril 2017 à Göteborg en Suède. Elle talonne l’Ukraine et la Suède.

Lors de la finale qui a eu lieu du 8 au 13 avril dernier à Göteborg en suède, l’équipe de l'École polytechnique a terminé à la troisième place, derrière l’Ukraine et la Suède.

Six X 2015 engagés

Alexis Bacot, Félix Bastit, Lucien Cousin, Pierre Goux, Corentin Reiss et Déborah Sulem, tous issus de la promotion 2015 ont dominé la compétition et se sont qualifiés pour la phase finale avec 15 points d’avance, les plaçant devant l’Ukraine et la Suède. Cette année, les élèves ont pu compter sur le soutien d’Thibault Guillet, doctorant au LadHyX et de Guilhem Gallot, chercheur au Laboratoire d’Optique et Biosciences et enseignant au département de Physique.

L’équipe avait comme sujet, le « water trail », c'est-à-dire la gerbe d’eau produite par les roues d’une voiture en cas de chaussée humide. L’étude s'interessait en particulier à la dépendance de la hauteur et de la longueur de cette gerbe en fonction de la vitesse de la voiture. Elle comprenait également la détermination de la taille des gouttes et leur influence sur la visibilité à l’arrière du véhicule.

Après une finale très serrée, les élèves de l’X n’ont pu conforter leur position de leader et ont terminé avec moins d’un point d’écart derrière l’Ukraine et la Suède.

Un tournoi de plusieurs mois

Né en 2009 en Ukraine, ce tournoi a réuni cette année 18 équipes, composées de 6-8 étudiants venant des universités les plus prestigieuses au monde. Pendant plusieurs mois, chaque équipe a tenté de résoudre des problèmes de physique ludiques et expérimentaux n’ayant pas de solution exacte. La résolution des problèmes, 17 au départ, nécessite une approche à la fois expérimentale et théorique.