En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Quatre chercheurs de l’X au prochain Congrès international des mathématiciens

Des ondes, des aléas, de la géométrie et des transséries sous les tropiques : quatre chercheurs du Centre de recherche de l’École polytechnique ont été invités à présenter leurs résultats à l’occasion du congrès international des mathématiciens qui se déroule à Rio du 1 au 9 août 2018.

Le Congrès international des mathématiciens (ICM) réunit tous les 4 ans plus de 4000 mathématiciens venant de tous les pays du monde. On y dévoile les noms des médaillés Fields, et une centaine de chercheurs triés sur le volet sont choisis pour exposer les résultats de leur recherche

Quatre chercheurs du Centre de recherche de l’École polytechnique sont invités à présenter leurs travaux à l’ICM 2018 qui se déroulera à Rio de Janeiro du 1 au 9 aout 2018 : Sébastien Boucksom et Yvan Martel du Centre de mathématiques Laurent-Schwartz (CMLS, une UMR CNRS/École polytechnique), Joris van der Hoeven du Laboratoire d’informatique de l’X (LIX, une UMR CNRS/École polytechnique), et Josselin Garnier du Centre de mathématiques appliquées (CMAP, une UMR CNRS/École polytechnique).

En savoir plus sur leurs recherches :

Les travaux de Sébastien Boucksom, Directeur de recherche CNRS, portent sur des aspects fondamentaux de la géométrie, et plus précisément sur la construction de métriques de Kähler-Einstein en géométrie complexe. Il a récemment donné une nouvelle démonstration de la conjecture célèbre dite de Yau-Tian-Donaldson en utilisant des méthodes originales basées sur la géométrie non-archimédienne

Yvan Martel, Professeur à l'École polytechnique, se concentre sur l’étude théorique d’équations universelles de la physique comme celle de Schrödinger, de Korteweg-de Vries, ou de l’équation des ondes, avec une attention particulière à la description du comportement qualitatif des solutions « en temps grand ». Il a construit des solutions explosives pour des modèles critiques dans des contextes où les propriétés fines des solutions sont mal connues, et a démontré des résultats de non-élasticité de collision pour des ondes solitaires.

Joris van der Hoeven, Directeur de recherche CNRS, travaille sur les solutions fortement monotones d'équations différentielles ordinaires. D'un point de vue analytique, de telles solutions appartiennent à des corps de Hardy ; formellement, on peut les modéliser par des transséries. Avec Matthias Aschenbrenner et Lou van den Dries, il est le coauteur du livre « Asymptotic Differential Algebra and Model Theory of Transseries » (prix Karp 2018), où on démontre en particulier un résultat d'élimination de quantificateurs pour des équations différentielles asymptotiques.

Josselin Garnier, Professeur à l'École polytechnique, s'intéresse à la modélisation des phénomènes aléatoires. Sa recherche est centrée sur différents aspects de la théorie des probabilités, en particulier la propagation des ondes et l’imagerie en milieux aléatoires, l’analyse d’incertitudes et les algorithmes stochastiques. Récemment il a introduit et étudié de nouvelles méthodes d'imagerie exploitant des signaux émis par des sources opportunistes ou des sources de bruit ambiant.