En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

[Série de l'été] Mathieu Rosenbaum - Crack boursier

De juin à août, retrouvez, chaque mardi et jeudi, le portrait d'un chercheur de l'École polytechnique. Aujourd’hui : Mathieu Rosenbaum, chercheur au Centre de mathématiques appliquées, s’intéresse aux questions liées aux comportements des agents sur les marchés financiers, et en particulier à la régulation.

©Silvère Leprovost

Dans son bureau au Centre de mathématiques appliquée de l’X, l’ambiance est bien différente des salles de marchés. Pourtant, entre son tableau noir et son ordinateur, Mathieu Rosenbaum consacre ses recherches à la finance statistique. Si à ses débuts il s’intéresse surtout à l’aspect théorique des mathématiques financières, le scientifique se tourne très vite vers les questions liées aux comportements des agents sur les marchés financiers, et en particulier à la régulation.

Son analyse permet d’assurer un bon fonctionnement des marchés en présence de traders haute fréquence

« Les questions de régulation sont traditionnellement réservées aux économistes. Mais pour faire face aux problématiques modernes, il faut apporter des réponses quantitatives qui nécessitent de l’ingénierie financière et des outils mathématiques sophistiqués », indique le chercheur. En utilisant des modélisations et des méthodes statistiques, il a par exemple mis au point une méthode afin de fixer de manière optimale la taille du pas de cotation, c’est-à-dire l’écart de prix minimal autorisé entre deux transactions. Son analyse permet d’assurer un bon fonctionnement des marchés en présence de traders haute fréquence passant un grand nombre d’ordre dans un temps très court. Pour ses travaux, il collabore avec des entités en France, comme l’Autorité des marchés financiers, ou à l’international, comme le régulateur financier japonais, mais aussi avec des plateformes de marchés, des banques et des fonds d’investissement. « Sur les questions de régulation, il est important d’entendre les points de vue de l’ensemble des participants du marché », précise Mathieu Rosenbaum. À la lumière de ces recherches, le mathématicien a analysé le projet pilote de modification du pas de cotation entrepris par la bourse de Tokyo depuis 2014, et a démontré l’exactitude des prévisions réalisées grâce à son approche quantitative.

Anticiper les comportements des agents pour mettre en œuvre des moyens de contrôle pertinents pour le bon fonctionnement des marchés

S’il a toujours aimé les mathématiques, c’est cet aspect pratique qui a poussé Mathieu Rosenbaum vers la finance statistique. « C’est un domaine dans lequel on utilise des mathématiques de très haut niveau tout en se confrontant aux données, souligne-t-il. Toute proposition académique innovante peut directement se traduire en pratique et les retours des praticiens sont immédiats. » Les bonnes relations au sein du microcosme de la finance quantitative parisienne, tant dans le milieu de la recherche que dans les liens avec les praticiens, ont encouragé le chercheur à rejoindre le campus de l’École, qui disposait d’un autre atout de taille pour cet amateur d’équitation : un centre équestre, dont il apprécie l’ambiance autant que la cavalerie. Depuis octobre, le Breton, supporter du stade rennais, porte la nouvelle chaire d’enseignement et de recherche de l’X sur les statistiques et les modèles pour la régulation financière. Il entend, grâce à elle, montrer l’importance de ces questions pour l’ensemble des acteurs du marché, et aller encore plus loin dans la mise en œuvre concrète de ses travaux quantitatifs. Son idée : anticiper les comportements des agents afin de mettre en œuvre, en amont, des moyens de contrôle pertinents pour le bon fonctionnement des marchés.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Retrouvez tous les portraits de chercheurs de notre série de l'été, ici.