En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Tahar Amari, Directeur de recherche à l’X, reçoit la Légion d’honneur

Astrophysicien au Centre de Physique Théorique de l’École polytechnique, Tahar Amari s’est vu remettre le 15 novembre 2016 à l'hôtel de Matignon les insignes de Chevalier de l'Ordre national de la Légion d’Honneur par Manuel Valls, alors Premier ministre.

Crédits photo : Benjamin Boccas / Matignon

Le directeur de recherche en astrophysique, Tahar Amari, s’est dit très honoré d’avoir reçu la "plus belle des récompenses de la République". Pour le chercheur, la Légion d’honneur représente "une reconnaissance de l’importance de la recherche scientifique par le Premier ministre". Il a également déclaré : "la République a honoré aussi mes collaborateurs, ma discipline, l’Astronomie, les institutions qui m’ont accompagné dans les découvertes scientifiques sur le Soleil : le CNRS, l’École polytechnique, le CNES, la DGA et le CEA pour n’en citer que quelques-unes" en ajoutant "Je pense aussi à tous les jeunes issus de Bobigny en Seine-Saint-Denis où j’ai grandi, et de toute la France, dont je souhaiterais qu’ils puissent vivre la même passion et les mêmes aventures scientifiques".

Cette distinction récompense les travaux théoriques de l’astrophysicien sur les éruptions solaires qu’il étudie depuis 25 ans. Ces travaux avaient récemment fait la couverture de la revue Nature.
Tahar Amari est directeur de recherche au CNRS, au Centre de Physique Théorique de l’École polytechnique (CPhT - Unité Mixte de Recherche de l’École polytechnique en cotutelle avec le CNRS). Il est spécialiste du magnétisme solaire, comme laboratoire astrophysique. Ses travaux portent sur la compréhension de structures et phénomènes intervenant dans l’atmosphère solaire. Ses recherches sur les éruptions solaires permettent de comprendre les conditions de leur déclenchement, de manière à pouvoir les anticiper.

Tahar Amari et ses collaborateurs ont aussi ultérieurement identifié les mécanismes permettant d’expliquer pourquoi l’atmosphère solaire est plus chaude que sa surface. Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques dans des revues  telles que Nature et spécialisées en Astrophysique, ainsi que d’articles et d’interventions de vulgarisation de cette discipline. Il participe et mène des projets en collaboration avec la NASA, l’ESA, la Direction Générale de l’Armement (DGA) et le Centre National d’Études Spatiales (CNES) pour la constitution d’une Météorologie de l’espace. Il est également expert consultant pour plusieurs organismes scientifiques internationaux.