En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Une chercheuse de l'X reçoit la médaille d’argent du CNRS

Marie-Claire Schanne-Klein, X 1985, directrice de recherche CNRS au Laboratoire d'optique et biosciences et professeure chargée de cours au département de physique de l’École polytechnique, s'est vue décerner, vendredi 22 mars, la médaille d’argent du CNRS.

Vendredi 22 mars 2019, Marie-Claire Schanne-Klein a reçu la médialle d'argent du CNRS. La chercheuse du Laboratoire d'optique et biosciences de l'École contibue, en partenariat avec des biologistes, des médecins et des industriels, à une nouvelle technique d’imagerie du collagène, la protéine de structure la plus importante en poids du corps humain et élément essentiel de l’architecture des organes. Le collagène se retrouve dans la peau, les os et même la cornée, la partie transparente des yeux. Il s’adapte à tous ces rôles en modifiant son organisation selon des modalités qui sont précisément l’objet des recherches actuelles de Marie-Claire Schanne-Klein.

Les enjeux sont multiples en terme de recherche médicale, qu’il s’agisse de comprendre pourquoi le collagène s’accumule de façon pathologique dans certains organes, ou comment créer de la peau synthétique avec une organisation similaire à celle de la peau naturelle.

« Pour mon projet de recherche actuel qui vise à comprendre comment le collagène contribue aux propriétés mécaniques des tissus, l’avantage d’être sur le campus de l’École polytechnique est de bénéficier de l’expertise du Laboratoire de mécanique des solides, avec des biomécaniciens capables de réaliser des essais mécaniques sur des tissus et de les modéliser » précise Marie-Claire Schanne-Klein.

Commentant l’obtention de cette médaille d’argent, la chercheuse tient à souligner que « comme beaucoup de chercheurs CNRS, [elle est] très fière de l’organisme de recherche auquel [elle appartient], car on y accorde une vraie confiance aux chercheurs pour définir leurs sujets de recherche. C’est un endroit où il est possible de mener des recherches de moyen et long terme, seule façon de parvenir à de vraies ruptures technologiques. »

Après une thèse de physique, Marie-Claire Schanne-Klein a été recrutée au CNRS en 1991, au Laboratoire d’optique quantique de l’École polytechnique. En 2001, elle a rejoint le Laboratoire d’optique et biosciences, unité mixte de l’École polytechnique, du CNRS et de l’Inserm.