En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L'X gagne la finale du debating tournament devant HEC

Lundi 25 Mars, l’équipe de l’École polytechnique a gagné la finale de la 20ème édition du Debating Tournament 2013 organisée à Paris.

Dans la résidence du Président de l’Assemblée Nationale, devant un jury composé de personnalités prestigieuses et un public de plus de 500 personnes, les deux équipes d’orateurs, celle d’HEC, et celle de l’École polytechnique, se sont affrontées sur le thème : This House Still Believes in « Liberty, Equality, fraternity ».

Le Debating Tournament est un jeu rhétorique qui s'inspire des débats tels qu'ils sont menés au Parlement du Royaume Uni, et, dans une certaine mesure, à l'Assemblée Nationale. Les règles des joutes oratoires trouvent leur source dans une forme de débat extrêmement répandue dans le monde anglophone.

Lors des joutes de la French Debating Association, deux équipes se disputent - verbalement! - autour d'une motion. Chaque membre du "gouvernement" prononce un discours puis cède ensuite la place à un membre de l'"opposition", et ainsi de suite. Chaque orateur doit faire preuve d'esprit et d'humour pour déjouer les pièges que lui tendent les membres de l'équipe adverse. Au fur et à mesure que le débat avance, l'improvisation gagne du terrain! Il s'agit de conquérir un public enthousiaste mais surtout de convaincre les membres du jury qui choisiront l'équipe victorieuse.

Cette année, 17 équipes se sont affrontées. Lors des quatre tours, L’École polytechnique a d’abord battu Centrale, puis les Ponts et chaussées, l’ENS en demi-finale, et enfin HEC en finale. Un magnifique parcours !

Declan Mc Cavana, maître de conférence au Département des langues et cultures de l’X est également Président de la FDA (French Debating Association). Alors qu’il était étudiant, Declan a été champion d’Irlande de debating en 1986. C’est donc tout naturellement qu’une fois installé en France pour y enseigner, il a voulu faire partager sa passion à ses élèves :

« J’ai utilisé cette technique de débat pendant mes cours et je me suis rendu compte que c’était quelque chose qui fonctionnait à merveille. L’étudiant francophone se sent pris par le jeu, et est ainsi libéré de la peur de parler une langue étrangère. Il y a une libération linguistique totale. Quand j’ai été engagé à l’X, en 1990, nous avons organisé un débat entre une équipe de polytechnique et une équipe de l’ENSAE, et nous nous sommes rendus compte que cela pouvait intéresser et attirer un public. C’était une formule qui marchait. J’ai donc invité l’X, l’ENSAE, Sciences Po et l’ENA à participer au premier tournoi qui a eu lieu en 1994. Cela a fait boule de neige, et nous sommes aujourd’hui 20 universités et grandes écoles à faire partie de l’association. »

Comment s’est passé cette finale de la 20ème édition du « Debating » ?
« C’était une soirée digne d’un tel anniversaire ! Quand le thème est tombé, j’étais très heureux car je le savais porteur. Et quand notre équipe a été choisie pour jouer l'opposition, je savais qu’avec leurs qualités oratoires et créatives, il serait plus amusant pour eux de défendre le côté difficile. Leur approche originale a été de prendre les 3 mots entre guillemets en tant que devise indissociable. »

Comment sont choisis les élèves orateurs ?
« En cours, j’organise des débats entre mes deux classes de 40 élèves. Un vote élit les meilleurs. Cette année, il y avait tellement de talents que nous avons choisi huit élèves alors que les équipes n’en comptent que cinq. Mais tous ont participé aux différents débats, et l’équipe a été tellement unie que tout s’est bien passé. J’ai toujours de l’admiration pour la façon dont les élèves sont capables de parler ainsi en langue étrangère devant un tel public, en étant prêt à être interrompus à l’improviste par l’équipe opposée. »

Y a-t-il eu des moments mémorables ?
« Il est difficile de choisir un seul moment tant les réparties ont été brillantes et tant le talent était présent. Ce qui me revient en tête pour cette finale, c’est l’intervention d’Abdoulaye Ndiaye, ce grand élève sénégalais, qui, devant l’Assemblée Nationale, s’est mis à parler en wolof en citant Léopold Senghor. C’était un très grand moment ! »


De gauche à droite, en bas : Jean-Yves Stephan (X), Hugo Zylberberg (X), Thomas Gottin (X), Adrien Bilal (X), Yoann Buratti (X) - Debouts : Michele Panzeri (HEC), Jonas Vega (HEC), Eivind Fliflet (HEC), Selma Berg (HEC),
Guillaume Auffret (HEC), Abdoulaye Ndiaye (X), Tristan Sylvain (X), Declan Mc Cavana (Chairman), S.E. Sir Peter Ricketts, Ambassadeur du Royaume-Uni en France, S.E. Sir Paul Kavanagh, Ambassadeur d'Irlande en France,
M. Rory Clarke, Rédacteur en chef de l'Observateur de l'OCDE, M. Michael Edwards, Membre de l'Académie Française.

En savoir plus sur le site de la French debating Association