En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Remise du Prix Dargelos 2013 à Grégoire Allaire, X83

L'ancien polytechnicien (X83), professeur à l’École polytechnique et chercheur au Centre de Mathématiques Appliquées, est primé pour ses travaux théoriques et numériques appliqués au domaine industriel.

Le prix Dargelos, d’un montant de 40 000 euros, fut créé en 1994 pour honorer la mémoire de Pierre Dargelos, ancien élève de l’École polytechnique (X1909) ayant fait carrière dans les travaux publics. Il est destiné à récompenser un ancien élève ou un docteur de l’École polytechnique âgé de moins de 50 ans, auteur d’un travail remarquable dans le domaine des sciences physiques, chimiques, biologiques, économiques, mathématiques, informatiques ou des sciences humaines et sociales. Le jury 2013, présidé par Alain Aspect (professeur à l'Ecole polytechnique, lauréat du Prix Wolf en 2010 et médaille d'or du CNRS en 2005) rassemble de nombreuses personnalités du monde de la recherche et de domaines variés, parmi lesquels, Pierre-Louis Lions, mathématicien et professeur à l'Ecole polytechnique.


Grégoire Allaire est un spécialiste de la conception optimale de structures, appelée aussi optimisation de formes. Ses travaux théoriques et numériques débouchent sur des applications industrielles. Ainsi, avec Renault, EADS et d'autres partenaires, dans le cadre du projet Rodin (Robust Optimal Design in Industry), il développe un logiciel d’optimisation de formes dont l'objectif est de changer la forme des pièces mécaniques afin de les rendre plus légères sans dégrader leur solidité. Les applications sont multiples, en aéronautique et en automobile notamment, où la légèreté et la solidité des pièces sont gages d’économies sur la consommation et de hautes performances mécaniques.

La théorie de l’homogénéisation est son autre sujet de prédilection. Cette théorie vise à s’interroger sur le passage du microscopique au macroscopique, sur l’influence à une échelle du kilomètre, de phénomènes se déroulant à une échelle du nanomètre. Grégoire Allaire applique l’homogénéisation à des sujets d’actualité comme, par exemple, les écoulements en milieu poreux (pollution des nappes phréatiques, exploitation des bassins pétroliers, enfouissement des déchets nucléaires).

> En savoir plus sur Grégoire Allaire
> Lire le communiqué de presse