En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X
Entrepreneuriat et Innovation

La fraude à l’assurance détectée grâce au Big Data

Deux polytechniciens ont créé Shift Technology, une start-up qui propose une solution informatique de détection de fraude à l’assurance. En 2014, Shift Technology a été lauréat du « Concours Mondial d’Innovation 2030 ».

Jérémy Jawish (X2008) et Éric Sibony (X2008), avec David Durrleman, ont lancé Shift Technology en mars 2013. Un an et demi plus tard, en novembre 2014, la startup lève 1,4 millions d’euros en amorçage auprès des fonds Iris Capital et Elaia Partners. L’entreprise fournit aux compagnies d'assurance une solution informatique de détection de la fraude qui repose sur des algorithmes mathématiques récents et une modélisation poussée du phénomène de la fraude.

Entretien avec les deux fondateurs de Shift Technology : Jérémy Jawish et Eric Sibony.

Comment avez-vous eu l’idée de votre start-up ?

Jérémy : En 2011, dans le cadre de notre 3e année à l’École polytechnique, nous avons effectué avec Éric un stage de recherche au sein des équipes de lutte anti-fraude d’un grand groupe d’assurance. Nous avons alors compris qu’il y avait un vrai besoin d’industrialisation dans ce domaine et que seule une solution informatique intégrant un réel savoir-faire métier pouvaient y répondre.

Éric : Après notre stage, nous avons développé pendant notre 4e année à l’X une solution prototype en combinant notre savoir-faire acquis en lutte anti-fraude et nos compétences nouvellement acquises en traitement statistique des données (machine learning, Big Data). La société a été créée en mars 2013.

À quel besoin apportez-vous une réponse ?

Jérémy : Notre solution SaaS* Big Data est capable de détecter et de modéliser les signaux faibles et forts de fraude, y compris de fraude en bande organisée. Plus concrètement, Shift Technology a développé des algorithmes permettant de modéliser l’analyse des données des polices d’assurance et des déclarations de sinistres, ainsi que des données extérieures, tout en intégrant le savoir-faire des assureurs. Pour être installée et configurée, notre solution demande très peu d’investissement technique ou financier. Nous facturons un montant fixe en fonction du volume de sinistres à traiter.

Éric : Nos clients sont en premier lieu les compagnies d’assurance dommages (automobile, habitation), mais nous pouvons également cibler potentiellement d’autres acteurs du monde de l’assurance, comme les réseaux d’experts.

Qui sont vos principaux concurrents et comment vous démarquez-vous ?

Jérémy : Ce sont des grandes entreprises d’édition de logiciels anglo-saxonnes, spécialisées en traitement statistique des données ou en problématiques de sécurité. Notre avantage compétitif majeur réside dans la performance de nos algorithmes de détection. Ceux-ci reposent sur des modèles que nous avons conçus spécifiquement pour retranscrire avec précision le savoir-faire métier des experts anti-fraude. Notre solution permet ainsi de détecter nettement plus de cas de fraude et donc de réaliser des économies significativement plus importantes.

Quels sont vos objectifs pour l’avenir ?

Jérémy : Nous avons finalisé la première version de notre solution début 2014 et débuté par la suite notre démarche commerciale. Nous continuons aujourd’hui à améliorer notre solution. Notre objectif est de devenir un fournisseur majeur de solutions de lutte anti-fraude à l’échelle internationale.

Votre formation à l’X vous a-t-elle aidé pour la création de votre start-up ?

Éric : La formation scientifique et pluridisciplinaire de l’X, notamment en informatique et mathématiques appliquées, nous a permis, en partie, de développer un produit innovant et à forte composante technologique. L’École polytechnique nous a également offert l’opportunité de nous impliquer dans de nombreux projets entrepreneuriaux. Notre réelle formation à l’exercice de l’entrepreneuriat nous a été donnée par le cours de création de start-up innovantes de Stéphane Mallat et de Bruno Martinaud, en 3e année du cycle polytechnicien.

Quelles qualités indispensables faut-il posséder pour monter son entreprise ?

Éric : Une qualité sans doute primordiale en entrepreneuriat est la recherche de l’information par tous les moyens possibles (technologiques, humains…), en général pour des problèmes dont la solution n’est pas connue. Et comme très souvent on n’arrive pas à trouver assez d’information, la deuxième qualité importante est de savoir prendre des décisions même dans l’incertain.

Jérémy : L’important pour les jeunes entrepreneurs est de réussir à s’entourer des bons associés, ceux qui leur apportent les compétences complémentaires sur lesquels ils peuvent véritablement se reposer.

> Plus d'informations sur le site : www.shift-technology.com

*Software as a Service (SaaS) est un modèle d'exploitation commerciale des logiciels dans lequel ceux-ci sont installés sur des serveurs distants plutôt que sur la machine de l'utilisateur.