En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Nanosciences, matériaux innovants et procédés efficaces

There is plenty of room at the bottom », tel était le titre de l’intervention de R. Feynman en 1959 à Caltech devant le congrès de l’American Physical Society. 50 ans plus tard, cette vision est devenue réalité, en grande partie grâce aux progrès accomplis dans la maîtrise des petites échelles temporelles et spatiales et dans les couplages multiphysiques.

Synthèse de nanotubes de carbone, de feuillets de graphène, de nanoparticules actives, nanostructuration des surfaces ou de couches minces : telles sont quelques-unes des voies de recherches explorées dans les laboratoires de l’École polytechnique qui permettent de concevoir de nouveaux matériaux intelligents ou des surfaces actives, des dispositifs et capteurs multifonctionnels, des biocapteurs miniatures autonomes, de nouveaux catalyseurs.


Des exemples de projets de l'École polytechnique :

Les chimistes se lancent dans la découverte de nouvelles molécules
La découverte de voies de synthèse plus actives et moins coûteuses est un enjeu majeur de la chimie moderne pour produire de nouvelles molécules d’intérêt ouvrant des perspectives dans les domaines de la chimie et de la pharmacie. Le Laboratoire de Chimie et de Synthèse Organique (LSO) a mis au point plusieurs procédés efficaces de synthèse de molécules complexes, plus particulièrement d’hétérocycles telles que des fluoroazaindolines, pyrimidones, thiophènes, et dihydrothiazines. À noter que les dihydrothiazines représentent une classe d’hétérocycles pratiquement inconnue. Cette nouvelle voie de synthèse permettra de mieux les étudier et d’en découvrir les applications potentielles. Ces résultats sont possibles grâce au transfert dégénératif des dithiocarbonates (xanthates), processus découvert dans ce laboratoire.

Vers une 3e génération de LED organique compétitive
Les nouvelles Diodes électroluminescentes organiques (OLEDs) sont une technologie innovatrice très prometteuse dans de nombreux domaines, mais elles sont encore trop onéreuses pour une commercialisation à grande échelle. Le Laboratoire de chimie moléculaire (LCM, École polytechnique, CNRS) et le Laboratoire des solides irradiés (LSI, École polytechnique, CEA, CNRS) ont déposé deux brevets pour une méthode simple de synthèse de molécules pour les OLEDs en utilisant des réactions cobalta-catalysées. Le cobalt étant bon marché cela permettra de baisser le coût de fabrication. Les recherches se poursuivent pour couvrir l’ensemble des étapes de fabrication, de la synthèse à la conception des dispositifs, et évaluer les performances de ces nouvelles OLEDs.