En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X
Campus

Une rentrée militaire pour les nouvelles recrues de l’X

Les élèves de première année de l’École polytechnique achèvent leur Formation Militaire Initiale, (FMI) qui a duré trois semaines, au camp militaire de La Courtine.

6h du matin, l’air est frais et le jour ne s’est pas encore levé au camp militaire de La Courtine (Creuse). Après un petit déjeuner express de 15 minutes, la 41 (section 1 de la 4e compagnie) se dirige, au pas et en chantant, vers son casert (NDLR : logement) pour les travaux d’intérêts généraux (TIG) et la revue habituelle des chambres. « L’air pur de la montagne, nous rend fiers et joyeux, gravissant la rocaille, nous grimpons jusqu’aux cieux… ». « C’est notre chant de section », expliquent Olivier et Raphaël, dont la bonne humeur n’a pas été altérée par le réveil matinal.

Un moment essentiel dans la vie des polytechniciens

Olivier et Raphaël font partie des 500 nouvelles recrues de l’École polytechnique. Depuis bientôt trois semaines, ils effectuent, aux côtés de leurs camarades de promotion, leur Formation Militaire Initiale (FMI). Formation spécifique à l’École polytechnique, la FMI a pour but « d’inculquer aux polytechniciens les bases du savoir-faire et du savoir-être militaire français, puisqu’en entrant à Polytechnique, ils ont signé un contrat avec le ministère de la Défense », souligne le colonel Jean-Marie Gontier, Chef de Corps et Directeur de la Formation Humaine et Militaire (FHM). « Le passage à La Courtine est essentiel pour les élèves de l’X. Il marque le début de leur vie de polytechnicien. C’est un moment où ils apprennent aussi à se connaître et à vivre ensemble », précise le lieutenant-colonel Arnaud Dulac, commandant de la promotion 2014.

Apprendre à se dépasser grâce au groupe

Il est 8h20, les 30 élèves officiers de la 42 se préparent à leur 2e séance de Techniques d’Interventions Opérationnelles Rapprochées (TIOR). Objectif : apprendre à neutraliser l’ennemi sans le blesser gravement. « Ce sont des techniques de combat très utiles pour les plans vigipirates », note Louis qui espère effectuer, à l’issue de la formation, un stage militaire à Saint-Cyr Coëtquidan ou dans la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris. « À La Courtine, tout est fait pour souder la promotion. On se donne à fond pour chaque exercice. Ici, j’ai appris à me dépasser grâce au groupe. On galère ou on réussit tous ensemble. Cela change des deux années de prépa et du chacun pour soi », s’enthousiasme-t-il.

Pendant ces trois semaines, les élèves participent à de nombreux ateliers : parcours d’obstacles, tirs, chants, formation au secourisme, ateliers de responsabilisation, marche, course d’orientation, escalade, topographie et conférences sur les différents corps d’armée. Toutes ces activités visent à développer leurs capacités d’organisation, de communication et d’entraide. « Les ateliers de mise en responsabilités nous ont permis de comprendre le rôle primordial du leader : celui-ci doit apprendre à déléguer et à donner ses ordres tout en restant à l’écoute de son équipe. Il y a un vrai équilibre à trouver entre le respect de soi-même, celui de la hiérarchie et celui du groupe. C’est la même chose dans la vie professionnelle », remarque Albane, membre de la 43.

Un point de départ dans leur vie d’élèves officiers

À l’issue de la FMI, les élèves officiers de l’École polytechnique mettront en application l’ensemble des valeurs et compétences apprises à La Courtine en effectuant un stage civil, pour un quart d’entre eux, ou militaire, pour les trois quarts des élèves. Ce stage obligatoire, d’une durée de 6 mois, achève leur première année de formation humaine et militaire à l’X. Cécile a choisi l’armée de terre : « Ces trois semaines m’ont tellement plu que j’ai envie de prolonger cette expérience de la Courtine ! ».

Photos : ©Jérémy Barande/École polytechnique