En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Saint-Gobain fête ses 350 ans

Les 350 ans de Saint-Gobain et l’Ecole polytechnique

Les 350 ans de Saint-Gobain sont l’occasion de présenter quelques polytechniciens ou professeurs de l’Ecole attachés au nom de cette société, la plus ancienne du « CAC 40 », fondée sous Louis XIV par son ministre Colbert.

Certains polytechniciens y jouent tout d’abord un rôle scientifique. Citons d’abord Louis-Joseph Gay-Lussac (X1797), qui améliore certains procédés aux usines de Chauny et Saint-Gobain avant de devenir conseiller scientifique puis président du Conseil d’administration de la Compagnie entre 1843 et 1847. La Bibliothèque conserve ses archives personnelles, instruments scientifiques et produits chimiques de son laboratoire.
 

Avant d’enseigner la chimie à l’Ecole polytechnique (1882-1922) Jules Albert Colson (X1873) fut pendant quelques années chef du laboratoire central de la Compagnie Saint Gobain (1877). Il chercha à y développer une structure associant recherche et innovation, originale pour son temps.

Jean Eudes (X 1918) y développe le département de chimie organique et crée celui des matières plastiques (Plastiques Saint Gobain), dont il est le directeur, après la seconde guerre mondiale.
René Marcassin (X1885) fut directeur de l’usine de produits chimiques de la Compagnie Saint-Gobain à Versailles dans l’entre-deux guerres.

D’autres polytechniciens oeuvrent au niveau de la direction de l’entreprise. Nous trouvons Paul Frédéric Hély d'Oissel (X1860, vice-président) et Jean Pierret (X1907) qui fut secrétaire général avant et après la 2ème guerre mondiale.
Citons enfin trois grands patrons de Saint Gobain : Alphonse Gérard (X1879) de 1917 à 1931, Roger Martin (X 1935) préside la société de 1970 à 1980 après la fusion avec Pont-A-Mousson SA. Plus récemment Jean-Louis Beffa (X1960) fut PDG pendant plus de vingt ans de 1986 à 2007.

Aux polytechniciens peuvent s’ajouter les professeurs de l’Ecole polytechnique, à la fois grands savants et experts pour l’entreprise.
Théophile-Jules Pelouze (1807-1867) fut répétiteur puis professeur de chimie à l’Ecole polytechnique entre 1831 et 1845. Élève et ami de Gay-Lussac, il lui succède comme professeur à l’Ecole polytechnique (1840) et à Saint-Gobain comme conseiller scientifique et au Conseil d’administration.

Le chimiste Edmond Frémy était lui aussi un « disciple » de Gay-Lussac : il lui succède à la chaire de chimie du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Il est répétiteur (1840-1845) et professeur de chimie à l’Ecole polytechnique (1846-1884). A la mort de Pelouze, il devient administrateur à Saint-Gobain de 1872 à 1893 et il y mène la modernisation des usines dans le cadre de la politique chimique de la société.