En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X
Campus

La plus importante association étudiante de microfinance est à l'X

Créée en 2006 par des polytechniciens pour venir en aide aux populations mayas du Guatemala, X-MicroFinance (XMF) est devenue la plus grande association étudiante de microcrédit en France. Après l’Amérique du sud et le Maroc, elle intervient depuis cette année au Togo.

Quatre-vingt-dix mille euros, c’est le volume total des prêts accordés à plus de 500 bénéficiaires par l’association étudiante XMF en 2015. Une somme importante qui fait d’elle la plus importante association étudiante de microfinance en France en termes de fonds propres.

Fondée en octobre 2006, XMF regroupe une quarantaine d’élèves de l’École polytechnique. Son objectif : mener une action humanitaire intelligente et durable grâce à la microfinance qui permet d'aider le développement économique de populations défavorisées et de combattre la pauvreté en leur accordant des « micro-prêts ».

Aider les personnes exclues du système bancaire et financier traditionnel

Le microcrédit consiste en l’attribution de prêts d’un faible montant à des personnes n’ayant pas accès aux prêts bancaires classiques et souhaitant monter un projet. La microfinance englobe donc l’ensemble des services accordés aux personnes n’ayant pas accès aux institutions financières classiques. Les prêts accordés concernent les domaines de l’artisanat (confection de tissus et de vêtements traditionnels), du commerce (épiceries) ou de l’agriculture.
 
« Nous privilégions l’approche locale avant tout. Le grand atout de la microfinance est de proposer des solutions à long terme impliquant un réel engagement des populations concernées. Le but n'est donc pas de leur apporter une aide ponctuelle, mais de leur donner les moyens de réaliser leurs propres projets », insiste Reda Agoumi (X2013), Président d’ XMF. Au Guatemala, 500 micro-entrepreneurs au total, comme Miguel, Maria ou Pedro, ont ainsi reçu l’aide d’une quinzaine d’élèves polytechniciens pour développer leurs activités agricoles ou artisanales. « Au Guatemala, les populations Mayas et les femmes sont laissées à la marge de la société guatémaltèque et vivent dans des conditions difficiles », précise Reda. Les prêts, dont les montants vont jusqu’à 500 euros, se déroulent en deux phases. Durant l'été a lieu la campagne de prêts : les étudiants de l'association se rendent sur place pour faire le point sur les projets des bénéficiaires de l'année précédente et pour accorder de nouveaux prêts à ceux qui le désirent. Puis, pendant l'année, les employés guatémaltèques de l’association suivent l’évolution des projets et collectent les mensualités.

Conseiller les coopératives en difficulté

Au Maroc, la mission de l’association s’apparente davantage à une mission de micro-conseil. Douze élèves, répartis en trois groupes, viennent en aide à des coopératives productrices de safran dans le sud du pays. Leur intervention consiste dans un premier temps à analyser le fonctionnement de ces coopératives pour ensuite mener des projets visant à améliorer leur efficacité et leur visibilité.

Un nouveau challenge au Togo

Cet été, trois membres d’XMF se sont rendus pour la première fois au Togo où ils ont pu collaborer avec l’IADES, une association de microfinance locale basée à Lomé, la capitale du pays. En plus des activités de microcrédit, l’ONG propose des services de micro-épargne. Le but : aider et accompagner les bénéficiaires dans la gestion de leurs finances. Les polytechniciens ont permis à l’association de renforcer sa présence dans certains quartiers de Lomé tout en révisant certaines de ses procédures dans un souci d’efficacité.

Pour sa première campagne en 2007, XMF avait prêté 4 500 euros à 64 bénéficiaires, en 2015, c’est 85 000 euros de plus répartis entre 500 bénéficiaires ! Une croissance exceptionnelle qui vient pour l’essentielle des subventions d’associations (X-Forum) ou d’entreprises (Société Générale et Crédit Suisse) qui partagent sa conviction que le microcrédit peut aider les populations les moins riches en contribuant à améliorer leur situation économique.

S’investir dans des projets qui associent action sociale, découverte du monde et richesse des relations humaines, telle est aussi l’opportunité unique offerte aux polytechniciens bénévoles d’XMF.

> En savoir plus sur le site d' XMF