En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Charte Erasmus+ 2014-2020

Suite à sa candidature en 2013 pour le renouvellement de la charte Erasmus, l’École polytechnique s'est vue attribuer une charte ECHE (Erasmus Charter for Higher Education) pour la totalité de la période du nouveau programme Erasmus+, soit de 2014 à 2020.

Une copie de cette charte est publiée ici.

Déclaration en matière de stratégie Erasmus

Voici la déclaration de l’École polytechnique concernant sa stratégie Erasmus déclinée en 2013 lors du dépôt de sa candidature :

La stratégie internationale de l’École polytechnique

L’ouverture internationale est un objectif majeur de l’École polytechnique. L’École travaille en effet, dans sa mission d’enseignement supérieur, de recherche et de diffusion des connaissances scientifiques, à faire fructifier les nombreuses relations développées depuis des années avec des universités de grand renom et à faire reconnaître au meilleur niveau international l’originalité et la qualité de sa formation et de sa recherche.

Son ouverture internationale se traduit par plusieurs axes forts :

- La formation d’étudiants internationaux dans le cycle Ingénieur polytechnicien.
Celle-ci fait partie des missions conférées à l’École par son Conseil d’administration, et concerne chaque année plus de 100 étudiants internationaux par promotion du cycle ingénieur, dont une grande partie dans le cadre d’accords de double diplôme signés avec des universités de premier plan. La diversification du recrutement et l’extension des accords de double diplôme est un des objectifs de l’École, particulièrement en Europe .

- L’accroissement du nombre d’élèves polytechniciens français en formation à l’étranger.
La mobilité à l’international fait partie intégrante du cursus du cycle polytechnicien. La réforme en cours de la formation porte à 12 semaines l’obligation minimale de séjour à l’étranger des élèves et 100% d’entre eux devront donc effectuer une mobilité internationale, en stage ou en études. En 2011, ils étaient 85% à le faire ; en 2005, ils n’étaient que 58%. L’École oriente donc résolument ses étudiants vers l’international. Si l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni ont pour l’instant la faveur des étudiants, l’École les encourage à davantage partir en Europe, en Amérique Latine et en Asie.

- La diversification des offres de formation dans le cadre du processus de Bologne.
L’offre de formation diplômante de l’École comprend maintenant plus de 30 spécialités de master, en sus du cycle
polytechnicien et de l’École doctorale (plus de 200 doctorants étrangers). A travers cette offre, l’École vise à amplifier son attractivité internationale et sa capacité de collaboration avec des établissements étrangers en particulier pour la mise sur pied de programmes joints de master. Par ailleurs, les programmes d’échange non diplômant (études et stages) accueillent chaque année plus de 80 étudiants étrangers (parmi lesquels des étudiants Erasmus).

- La constitution de partenariats forts.
La politique affirmée de développement à l’international de l’École est focalisée sur la mise en place de partenariats forts dans des pays ciblés correspondant à des priorités géographiques et disciplinaires identifiées. L’École développe ainsi avec ses partenaires une politique globale de coopérations et d’échanges internationaux visant, d’une part, l’établissement de programmes de double diplôme pour la formation d’ingénieur polytechnicien, de programmes joints pour le cycle polytechnicien, les cycles masters ou doctorat et, d’autre part, le développement de collaborations scientifiques étroites.
Les priorités disciplinaires correspondent aux domaines d’excellence de l’École ou ceux dans lequel elle souhaite se développer. Les priorités géographiques résultent de la synthèse de plusieurs éléments : la qualité et l’organisation académique de nos partenaires étrangers, la possibilité de construire des programmes de double diplôme, les zones de développement économique retenues par les entreprises françaises et européennes. L’Europe, l’Amérique du Nord, la Chine, le Brésil et l’Inde regroupent les principaux partenaires de l’École.
La construction de partenariats académiques forts repose sur une excellente connaissance réciproque des différentes composantes de chaque institution et, tout particulièrement, sur l’établissement de collaborations scientifiques étroites et durables. La participation active des enseignants-chercheurs à des réseaux centrés sur l’établissement d’échanges académiques, la mise en commun de pratiques et d’outils pédagogiques, l’élaboration de programmes de recherche et d’ateliers scientifiques communs et l’échange de chercheurs se trouvent au coeur de la mise en oeuvre de la stratégie internationale de l’École.

Grâce à ces différents programmes, l’École polytechnique a élargi sa mission traditionnelle de formation de cadres de la nation française à un volet important de futurs cadres dirigeants étrangers, avec plus de 100 élèves étrangers par promotion du cycle polytechnicien, plus de 200 doctorants et plus de 200 étudiants étrangers en master. La spécificité de son recrutement, basé sur un niveau d’excellence en mathématiques et en physique, socles d’une formation pluridisciplinaire très poussée ultérieurement complétée par une formation de spécialisation à finalité professionnelle leur assure un parcours original, dont il faut souligner la rareté et l’originalité dans le paysage global des formations supérieures d’ingénieur.

Jusqu’ici, la stratégie de l’École polytechnique s’est surtout concentrée sur le renforcement de ses relations internationales à travers l’établissement et la consolidation de partenariats bilatéraux. Elle intervient dans peu de projets multilatéraux européens ; cela n’a pas été jusqu’ici une orientation de fond de la politique internationale de l’École. Dans les rares cas qui se présentent, l’École veille à ce que ces programmes bénéficient à l’ensemble des parties prenantes, avec des résultats équilibrés sur le long terme, en respectant les spécificités de chaque partenaire tout en oeuvrant à un fonctionnement harmonieux du partenariat.

L’impact escompté de la participation de l’Ecole polytechnique au Programme Erasmus sur la modernisation de l’établissement

A la faveur des grands changements dans sa gouvernance intervenus en 2012 et 2013, l’École polytechnique s’est engagée vers un renforcement et un approfondissement de ses activités internationales, à travers notamment la volonté d’augmenter l’exposition internationale des élèves du cycle ingénieur polytechnicien (500 élèves par promotion), le développement du séjour d’élèves internationaux, en particulier européens, et le développement de partenariats académiques et scientifiques rapprochés. La politique internationale, qui est en phase finale de sa refonte à l’heure de l’écriture de ces lignes, est axée sur des axes précis et fort, avec comme objectif in fine d’atteindre une meilleure visibilité et lisibilité de l’École polytechnique, de ses formations et de sa recherche, tout particulièrement dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche.
L’École qui occupe depuis 200 ans une place très particulière dans le paysage français de l’enseignement supérieur et de la recherche, poursuit donc une démarche de plus grande ouverture, dont elle attend non seulement une amélioration de sa lisibilité et de sa visibilité mais aussi de véritables gains en termes de bonnes pratiques.

Le Programme Erasmus tient une place toute particulière au coeur des enjeux d’ouverture de l’École, en ce qu’il favorise et encourage des actions menant à l’amélioration et la modernisation des pratiques des établissements participants. Par, entre autres, l’ouverture et la plasticité intellectuelle qu’elle encourage, la mobilité internationale est un des outils importants de l’amélioration du niveau de qualification des diplômés et des chercheurs. La fréquentation approfondie des partenaires et de leurs méthodes propres à travers la coopération et la mobilité, permet, par l’échange de bonnes pratiques qu’elle entraîne, d’ajuster et d’améliorer nos propres méthodes, et par là-même la qualité et la pertinence de nos formations aussi bien que nos méthodes de gouvernance. Traditionnellement, l’École polytechnique a su développer une grande proximité avec le tissu de la recherche et des entreprises à l’échelle de la Région Île-de-France, de la France et du monde entier. Sa politique internationale s’articule ainsi avec celle du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) ParisTech, dont elle est un des membres fondateurs, et celle de l’Université Paris Saclay en cours de création. Par ailleurs, nombre des masters de l’École sont élaborés et conduits en forte collaboration avec des partenaires industriels. La force de ses réseaux académiques et industriels constitue un des éléments que l’École polytechnique met en avant dans le cadre de ses collaborations internationales, au bénéfice des projets conduits avec ses partenaires et des étudiants et chercheurs qui y participent.

Le Programme Erasmus fait ainsi partie des riches atouts qui permettent de donner un véritable effet de levier aux ambitions et aux réalisations de l’École polytechnique.  

Génération Erasmus +

Vous souhaitez mieux connaître le programme Erasmus+, retrouvez des témoignages, des informations pratiques, des web séries humoristiques, l'actualité Erasmus+, des chiffres clés sur le site « Génération Erasmus » à l’adresse suivante :

http://www.generation-erasmus.fr/