En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Concepts et méthodes pour la société numérique

>Analyser les masses croissantes de données disponibles et en extraire les informations ou connaissances enfouies,
>Optimiser et sécuriser les flux d’informations,
>Vérifier la fiabilité des logiciels critiques dont dépend le fonctionnement  de  nombreux  systèmes,
>Développer des systèmes doués de capacités d’apprentissage et décisionnelles et améliorer la communication entre l’Homme et la machine,

Autant d’enjeux essentiels dans une société où la puissance du numérique s’impose inexorablement.

>Découvrir de nouveaux concepts, les formaliser, améliorer les algorithmes existants, les adapter aux nouvelles architectures.
Autant de thèmes de recherche où les laboratoires de l’École polytechnique sont sur le devant de la scène.


Des exemples de projets de l'École polytechnique :

La 3D récompensée
Notre société produit de plus en plus d’objets en 3 dimensions (3D). Leur représentation et leur manipulation sont devenues une pratique presque banale dans de nombreux domaines de l’industrie, de la science et même du quotidien. Dans ce contexte, Maks Ovsjanikov du Laboratoire d’informatique (LIX), et Frédéric Chazal de l’Inria, ont reçu le Google Research Award pour leur travail. Ce prix va leur permettre de développer des outils et des méthodes pour analyser les grandes bases de données de formes en 3D. Il sera alors possible d’y retrouver les formes 3D, comme on le fait actuellement pour les images, et de pouvoir exploiter des bases de données contenant simultanément des images 2D, du texte et des objets 3D.

Géolocalisation et vie privée
Les capacités de géolocalisation offertes par des objets personnels tels que les smartphones permettent à des serveurs inconnus de recueillir facilement de très grandes quantités d’informations sur l’emplacement des utilisateurs. Cela soulève des questions importantes au sujet de la vie privée. Le Laboratoire d’informatique (LIX) a mis au point une nouvelle technique de perturbation de géolocalisation appelée géo-indiscernabilité. Ce dispositif protège la position exacte de l’utilisateur, tout en permettant l’utilisation d’applications liées aux données spatio-temporelles grâce à une information approximative de la localisation de l’usager. Ce nouveau mécanisme offre les meilleures garanties de confidentialité, pour la même utilité, parmi tous ceux existants aujourd’hui.