En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

13 start-up de l’X dans lesquelles investir selon Challenges

Le magazine Challenges a publié son classement des 100 start-up dans lesquelles investir en 2019. Parmi elles, 13 ont été fondées par des alumni ou ont été accélérées ou incubées à l’École polytechnique.

Elles sont 13 à figurer dans le dernier classement Challenges des 100 start-up où investir en 2019. 13 jeunes pousses issues de la communauté polytechnicienne, fondées par des anciens étudiants de l'École, accélérées ou incubées au sein de notre Centre d'innovation. Les voici.

Altaroad : rendre les routes intelligentes
La start-up Altaroad, co-fondée en 2017 par Bérengère Lebental, polytechnicienne et chercheuse, Cécile Villette et Rihad Jerbi, propose un capteur afin de détecter en temps réel les fissures sur les routes. Leur solution repose sur la vente des données et le service associé et séduit d’ores et déjà les groupes de BTP.

Cerbair : lutter contre les attaques de drones
La start-up Cerbair, co-fondée en 2015 par le polytechnicien Olivier Le Blainveaux et Lucas Le Bell, commercialise une technologie de surveillance de l’espace aérien des sites à risques. Basée sur l’analyse des communications radiofréquences, elle permet de détecter et de neutraliser les drones en cas de survols non-autorisés. La start-up a levé 1,5 M€ en 2018 et intéresse l’aéroport Charles de Gaulle, des prisons, des demeures de célébrités et des sociétés de sécurité.

Fotonower : analyser automatiquement les images
La start-up Fotonower, créée par le polytechnicien Victor Reutenauer et Vincent Delorme, mise sur la reconnaissance d’images au service des entreprises. En alliant deep learning et vision par ordinateur, ils proposent une solution d’analyse automatique de photo et de vidéo qui bouscule, notamment, le secteur de l’expertise en assurance.

Groover : révéler les musiciens talentueux
La start-up Groover est née de la rencontre de Jonas Landman, polytechnicien, avec Romain Palmieri, Dorian Perron et Rafael Cohen. Les quatre co-fondateurs ont lancé une plateforme de mise en relation entre des artistes et des médias, labels et influenceurs à la recherche de talents musicaux. Sollicités par les artistes, ces derniers ont 7 jours pour écouter le morceau envoyé, donner leur avis, et pourquoi pas le partager.

Healsy/Hillo : accompagner les patients diabétiques
La start-up Healsy, rebaptisée Hillo, créée par Nicolas Caleca, polytechnicien, et Stéphane Bidet, développe un algorithme capable de prédire l’évolution du taux de glycémie des personnes diabétiques. Basée sur l’intelligence artificielle, leur application simule cette évolution à partir des données fournie par le capteur de glycémie, la pompe à insuline et un traqueur d’activité. Healsy a été accélérée au sein d’X-Up, l’accélérateur de l’École polytechnique.

Lalilo : assister l’apprentissage de la lecture
La start-up Lalilo, fondée en 2016 par trois polytechniciens, Benjamin Abdi, Laurent Jolie et Amine Mezzour, développe un outil numérique d’assistance à l’apprentissage de la lecture. Basé sur l’intelligence artificielle et destiné à une utilisation en classe, il permet aux enseignants d’individualiser les leçons et les exercices auprès des élèves. Le logiciel, disponible en ligne, est gratuit, avec des options complémentaires payantes.

Lili.ai : optimiser la gestion de projets
La start-up Lili.ai, co-fondée par Milie Taing et accompagnée au sein de l’incubateur X-Tech de l’École polytechnique, applique l’intelligence artificielle à la gestion de projets. Son assistante virtuelle d’aide à la décision est capable de suivre simultanément les projets menés par l’entreprise, de détecter les sources de risques et d’optimiser la priorisation des tâches.

Luko : assurer mieux et plus rapidement
La start-up Luko, fondée en 2016 par Benoît Bourdel, polytechnicien, et Raphaël Vullierme, propose une assurance 100% digitale, sans engagement, avec une souscription en 2 minutes et un remboursement en 2 heures. Leur solution dépoussière le secteur des assurances et a déjà séduit plusieurs milliers de particuliers.

Matcha : robotiser le conseil en vin
La start-up Matcha, créée en 2016 par Eduardo Perez, polytechnicien, Thomas Dayras et Benoît Richert, commercialise une intelligence artificielle sommelière. Leur solution prodigue à ses utilisateurs des conseils personnalisés en fonction de leurs goûts, leur budget et leur menu. Elle a déjà séduit deux enseignes de distribution, Monoprix et Intermarché. Matcha a également développé un produit spécifique destiné aux restaurateurs afin de constituer leur cave ou leur carte.

Murfy : contrer l’obsolescence programmée de l’électroménager
La start-up Murfy, co-fondée en 2018 par Guy Pezaku, diplômé du master PIC de l’École polytechnique, et quatre associés, offre une solution complète pour réparer l’électroménager. Elle met à disposition des internautes des tutoriels gratuits et propose, pour les moins bricoleurs, l’intervention en 48 heures de réparateurs professionnels salariés de la start-up. Pour le moment restreinte à la région parisienne, ce service s’étendra à d’autres villes françaises d’ici la fin d’année 2019, avant une expansion à l’international.

Veesion : détecter les vols en magasin
La start-up Veesion, fondée en 2018 par Thibault David, Benoît Koenig et Damien Ménigaux, trois anciens élèves du Master of science and technology Data science for business, développe une solution de détection automatique et en temps réel des vols dans les grandes surfaces. Reposant sur un algorithme de deep learning et la reconnaissance des gestes par la vidéo, leur technologie est capable d’analyser en continu les images des caméras de surveillance et d’identifier les séquences présentant une forte probabilité de vol.

Wingly : développer le coavionnage
La start-up Wingly, co-fondée en 2015 par Bertrand Joab-Cornu, Lars Klein et Emeric de Waziers, trois anciens élèves du master Entrepreneuriat et innovation de l’X, propose une plateforme de coavionnage mettant en relation des pilotes avec des passagers dans le but de partager un vol et les frais qui y sont associés. La start-up propose son offre pour des vols touristiques ou comme moyen de transport en France, en Angleterre et en Allemagne.

Workelo : optimiser l’accueil des nouveaux collaborateurs
La start-up Workelo, créée en 2017 par le polytechnicien Mathieu cochet et Alexandre Grenier, développe une solution RH, reposant sur l’intelligence artificielle, afin de faciliter l’intégration des nouveaux collaborateurs dans les entreprises. Elle digitalise et automatise plus de 200 tâches telles que la gestion de documents administratifs, la préparation d'un kit de bienvenue ou la planification de formations ou de réunions. La solution compte déjà parmi ses utilisateurs Saint Gobain, EDF et Michelin.