En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Ane Aanesland, fondatrice d’une spinoff de l’X, médaille de l’innovation du CNRS

Ane Aanesland vient de se voir décerner la médaille de l’innovation du CNRS pour 2019. La médaille de l’innovation du CNRS reconnaît depuis 2011 des personnalités dont les recherches exceptionnelles ont conduit à des innovations marquantes.

Ane Aanesland médaille de l'innovation du CNRS

Formée à l’université de Tromsø (Norvège) et recrutée au Laboratoire de physique des plasmas (CNRS/École polytechnique/Observatoire de Paris/Université Paris-Sud/Sorbonne Université), Ane Aanesland est présidente-directrice générale de ThrustMe, start-up spécialisée dans la propulsion de satellites qu’elle a fondée en 2017 avec son collègue Dmytro Rafalskyi. Ensemble, ils ont développé deux innovations majeures pour réduire la taille des propulseurs utilisés par les satellites pour se maintenir à poste.

La technologie de base est celle des propulseurs plasmiques, moteurs particulièrement adapté à la propulsion dans l’espace et dont le premier exemplaire opérationnel a animé la sonde spatiale Deep Space 1 à partir de 1998.

Les innovations introduites par ThrustMe portent sur le carburant utilisé, non plus du gaz xénon mais de l’iode sous forme solide, très bon marché et plus simple à mettre en œuvre, et sur une technologie unique qui permet d’accélérer simultanément ions positifs et électrons sans devoir recourir à deux électrodes.

Alors qu’un nouvel âge spatial est en train d’émerger avec l’apparition d’acteur privés révolutionnant le secteur, les systèmes de propulsion spatiale doivent progresser en termes de fiabilité, de robustesse et de coûts. C’est à ces objectifs que répondent les technologies mises en œuvre aujourd’hui par ThrustMe après avoir été développées au sein du Laboratoire de physique des plasmas implanté sur le campus de l’École polytechnique et brevetées en 2014.

« Transférer des technologies et des inventions du monde universitaire vers le monde industriel est toujours un défi, et le soutien des institutions dans cette phase est crucial. L’École polytechnique et le CNRS nous ont apporté une aide précieuse. Nous avons par exemple réussi ensemble à négocier et à signer un contrat de licence de propriété intellectuelle unique et mondial en seulement 4 mois - une situation gagnant-gagnant pour les institutions et pour nous-même à ThrustMe » a commenté Ane Aanesland.