En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Avancée dans le domaine de la fusion : reportage au LULI et au CPHT

En août, la National Ignition Facility aux Etats-Unis a annoncé un record dans la fusion par confinement inertiel. « La Méthode scientifique » de France Culture s’est penchée sur le sujet lors d’une émission, avec l’intervention de chercheurs du Laboratoire pour l’utilisation des lasers intenses et du Centre de physique théorique.

Dans ce hall du Laboratoire pour l’utilisation des lasers intenses sont amplifiés des faisceaux lasers qui servent, entre autres, à réaliser des expériences de fusion nucléaire.

Le 18 août dernier, la National Ignition Facility (NIF) situé au Laboratoire national Lawrence Livermore en Californie a annoncé avoir libérée 1,3 mégajoule d’énergie en une fraction de seconde lors d’une réaction de fusion nucléaire. Cette quantité correspond à 70 % de l’énergie contenue dans les 192 faisceaux lasers ayant servi à déclencher cette réaction. Ce résultat ne fait pas encore l’objet d’une publication académique, mais le communiqué précise que ce rendement est 25 fois supérieur au précédent record, toujours au NIF, publié dans la littérature scientifique. Les scientifiques s’approchent ainsi du « seuil d’ignition » (rendement de 100%). Ce résultat est historique pour cette méthode de fusion dite par « confinement inertiel » dont les buts sont d’aider à la simulation du fonctionnement des armes nucléaires, de comprendre les phénomènes astrophysiques fondamentaux et, éventuellement, de produire de l’électricité. Mais le chemin est encore long, que ce soit pour atteindre ce seuil et surtout pour espérer libérer plus d’énergie qu’il n’en a été dépensé au départ.

L’émission de France Culture « La Méthode scientifique » a consacré une heure à ce sujet avec Bernard Bigot, directeur général du projet ITER (dont l’objectif est de réaliser la fusion par une autre méthode, le confinement magnétique) et Daniel Vanderhaegen, directeur du Programme simulation de la direction des applications militaires au CEA. A cette occasion a été diffusé un reportage réalisé en compagnie de Patrick Audebert, directeur du Laboratoire pour l’utilisation des lasers intenses (LULI*) et Patrick Mora, chercheur au Centre de physique théorique (CPHT*). Ils présentent les installations expérimentales sur le site de l’École polytechnique qui permettent également d’étudier la fusion par confinement inertiel ainsi que les défis théoriques que cela représente.

>Le lien vers l'émission. Le reportage commence vers la 29e minute.

*LULI : une unité mixte de recherche CNRS, École polytechnique – Institut Polytechnique de Paris, CEA, Sorbonne Université

CPHT : une unité mixte de recherche CNRS, École polytechnique – Institut Polytechnique de Paris