En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Cinq polytechniciens distingués par l'Académie des sciences

Lors de la cérémonie des 350 ans de l’Académie des sciences, le 6 décembre 2016, cinq élèves de l’École polytechnique ont été récompensés pour leur intérêt particulier pour la recherche et pour la qualité de leurs travaux scientifiques en mathématique, physique, mécanique, informatique et sciences de la Terre et de l'univers.

Quatre élèves ont reçu la médaille Louis-Édouard Rivot, prix créé en 1890 par Félix Rivot au nom de son frère Louis-Édouard Rivot, Polytechnicien (1820-1869), dans les domaines suivants :
>Chimie et Biologie : Victoire Cachoux pour son travail sur « le contrôle de la délamination et de la mort cellulaire lors du développement de tissus épithéliaux »,
>Mathématiques et Économie : Thomas Tardiveau pour son travail sur la « modélisation des dynamiques d’opinion »,
>Sciences Mécaniques et Informatique : Ali-Mohammed Ghanimi pour son travail sur les « milieux poreux : application à la ressource en eau et aux réservoirs d’hydrocarbures »,
>Sciences Physiques et Sciences de l’univers : Dinh Long Vu pour son travail sur « la loi de Wigner pour les matrices à coefficients dépendants ».
La médaille Laplace, décernée chaque année par l'Académie au Major sortant de l'École polytechnique, a été attribuée à Antoine Michon.

À propos des prix
L’Académie des sciences remet, chaque année, près de 80 prix grâce à la générosité de donateurs privés, d’organismes d’État ou d’entreprises. La première remise de prix a eu lieu en 1720 grâce au legs d’un conseiller au Parlement de Paris, Rouillé de Meslay, Aujourd’hui encore, en attribuant des prix et des médailles, l’Académie des sciences fidèle à ses missions, encourage la vie scientifique et contribue à maintenir son niveau d’excellence.

À propos de l’Académie des sciences
Il y a 350 ans, Colbert invitait les grands savants de l’époque à rejoindre l’Académie des sciences. L’un des plus éminents, Christian Huygens, né en 1629 et éduqué aux Pays-Bas, avait étudié Descartes, Pascal et Fermat, et déjà produit des résultats majeurs en mécanique, en mathématiques et en astronomie. Il accepta de venir s’établir à Paris où il résida jusqu’à la mort de Colbert et la révocation de l’Édit de Nantes, évènements qui le conduisirent à regagner sa patrie, où il finit ses jours.