En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Départ du directeur de la Formation Humaine et Militaire de l’X

Après quatre années passées au sein de Polytechnique, la mission du Colonel Jean-Marie Gontier s’achève. Le directeur de la Formation Humaine et Militaire revient sur sa mission clé dans la pédagogie de l’École et sur l’évolution des stages civils et militaires depuis son arrivée à l’X.

Dans un « univers qui n’était pas le sien », le Colonel Jean-Marie Gontier se dit fier d’avoir apporté sa pierre à l’édifice.
Avant d’arriver à l’École polytechnique en 2011, le Chef de corps et directeur de la Formation Humaine et Militaire de l’X exerçait à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) en tant que Chef de corps du 1er groupement d’Incendie. C’est d’ailleurs au sein de cette même brigade, en tant que Chef d’État-major cette fois, qu’il retournera après son départ de Polytechnique au mois de juillet. « Je vais retrouver mes réflexes, enrichis par mon passage à l’École », reconnaît celui qui s’apprête à rejoindre les sapeurs-pompiers de Paris. De juillet 2011 à juillet 2015, le Colonel Gontier s’est attelé à faire évoluer la Formation Humaine et Militaire délivrée aux élèves du cycle ingénieur polytechnicien. Son objectif, être toujours plus efficace dans l’encadrement et dans l’accompagnement des élèves.

Pour cela, il a perfectionné l’offre de stages civils et militaires, un modèle de stage citoyen unique dans une École d’ingénieurs dont le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, s’est récemment inspiré pour ses propositions faites au Président de la République sur l’engagement républicain. Pour ce stage de Formation Humaine, obligatoire et réalisé dès la 1ère année du cursus, les élèves peuvent choisir entre un stage dans l'armée ou dans un organisme civil.

Donner du sens aux stages de Formation Humaine

Pour les stages militaires, « Nous avons revisité l’ensemble des unités accueillantes afin de permettre aux élèves d’être encore plus au contact des populations, de se retrouver en situation d’exercice réel et de limiter les missions effectuées dans les bureaux », indique le Colonel en précisant que les stages ayant eu les meilleurs retours de la part des étudiants ont été multipliés. Ainsi, les stages en régiment du Service militaire adapté (SMA) qui se déroulent dans les DOM-TOM, plébiscités par les élèves, ont vu leur nombre augmenter. De même, les stages effectués à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris ont été multipliés par deux en passant de 10 à 23 stages par an. Le nombre d’embarquement dans la marine nationale a lui aussi été accru.

Du côté des stages civils, « Nous avons privilégié l’ouverture à l’international en passant de quelques opportunités de stages à l’étranger en 2011, à une trentaine aujourd’hui», se félicite le Colonel Jean-Marie Gontier. L’idée étant d’offrir aux élèves une expérience à l’international dès le début de leur scolarité. Des stages dans le secteur social et dans l’aide à l’enseignement sont ainsi proposés en Côte d’Ivoire, au Sénégal, Bénin, Cameroun, Ouganda, mais aussi à Madagascar, en Tunisie, au Maroc, au Cambodge et en Chine. « Nous cherchons à donner du sens à ces stages et à les adapter aux besoins et aux exigences de la société actuelle », poursuit le Chef de corps pour qui le but de cette expérience est de développer chez les élèves le sens du collectif et de l’intérêt général. «Nous voulons leur donner de l’autonomie et le sens des responsabilités », ajoute-t-il.

Autre innovation apportée à l’X : une nouvelle section sportive consacrée à la boxe a vu le jour en 2012. Encore une fois, c’est bien pour s’ajuster aux demandes des élèves que cette section a été créée.
De même, un sport de combat, « les techniques d’interventions opérationnelles rapprochées », est désormais proposé durant la Formation Militaire Initiale qui a lieu en début de 1ère année. « Toutes ces actions n’ont été possibles que grâce au soutien appuyé de la direction de l’École, l’équipe qui m’a accueilli il y a 4 ans et celle qui aujourd’hui dirige », tient à rappeler le Colonel Gontier.

Un pivot entre les communautés polytechniciennes

Faire le lien permanent entre les élèves, l’administration et le corps des enseignements-chercheurs, c’est aussi le rôle de la Direction de la Formation Humaine et Militaire. « Nous sommes au plus près des élèves et nous faisons le pont entre les différentes communautés de Polytechnique», rappelle le Chef de corps.
La Direction de la Formation Humaine et Militaire a d’ailleurs renforcé ses liens avec la Fondation de l’X. « La Fondation nous met en relation avec des entreprises et permet ainsi à nos commandants d’unités d’effectuer une formation d’une à deux semaines au sein de grands groupes afin de mieux comprendre les futures missions confiées aux polytechniciens qu’ils encadrent », indique ce dernier.

Le lien créé avec les élèves perdure. Pour preuve, le Colonel Gontier reçoit régulièrement des nouvelles d’anciens. Lui qui se disait plutôt « circonspect » à rejoindre l’X, n’ayant pas à l’époque conscience de ce qu’il pouvait apporter aux jeunes, réalise aujourd’hui l’ampleur de la mission qui lui a été confiée. Cette responsabilité, le Colonel la mènera jusqu’au défilé du 14 juillet prochain où il conduira les deux cents élèves polytechniciens sur les Champs-Elysées.
Bernard Tourneur, Colonel à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, lui succèdera à partir du 8 juillet 2015.