En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Des cursus internationaux et 60 millions d’euros pour doper la croissance de l’X

Le mardi 15 décembre 2015, le ministre de la Défense, le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et le Secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ont annoncé le nouveau plan stratégique de Polytechnique dans le cadre d’un Conseil d’administration élargi.

Ce nouveau plan stratégique place l’X en situation de rivaliser avec les meilleures universités mondiales de sciences et de technologies.

Le nouveau plan stratégique de l’École polytechnique est le fruit de six mois de travaux menés conjointement par l’École, sa tutelle et les différentes parties prenantes sur la base des préconisations du rapport Attali rendu public en juin 2015. Face à la mondialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, trois groupes de travail ont élaboré des mesures pour répondre aux multiples enjeux auxquels l’X se trouve confrontée.

Avec le soutien de sa tutelle, l’X adopte un modèle international afin de s’aligner sur la concurrence et les cursus des meilleures universités mondiales de sciences et technologies. Première mesure phare, la création d’un bachelor permettra à l’École polytechnique de recruter au niveau undergraduate les meilleurs étudiants internationaux mais aussi de capter les élèves français qui seraient tentés de partir directement à l’étranger après l’obtention de leur baccalauréat. La sélection se fera sur dossier selon les standards internationaux, et la mise en place de frais de scolarité sera accompagnée d’un programme de bourses. Cette formation pluridisciplinaire, dispensée en anglais, devrait être ouverte au plus tard en 2018.

L’X annonce également la création d’un diplôme gradué de l’École polytechnique conférant le grade de Master (Graduate degree), dès la rentrée 2016, qui sera également aligné sur les standards internationaux. L’objectif de ce deuxième cycle sera d’attirer d’excellents profils d’étudiants étrangers en offrant une formation sélective, pluridisciplinaire et tournée vers l’entreprise. Plusieurs projets de parcours seront proposés dans des domaines tels que le big-data et les objets connectés. Ces formations professionnalisantes, payantes, enseignées en anglais, seront complémentaires des Masters, plus orientés vers la recherche et mutualisés au sein de l’Université Paris-Saclay.

Afin d’amplifier une ouverture internationale déjà consacrée par la 5e place des universités les plus internationales par le classement du Times Higher Education, l’X affiche également l’ambition de faire évoluer la part d’étudiants internationaux de 30 à 40% de ses effectifs globaux.
Le nombre d’élèves internationaux recrutés dans le cycle ingénieur passera ainsi également de 120 à 150 élèves. Par ailleurs, l’objectif est d’atteindre 50 à 60% d’étudiants internationaux au sein des cycles bachelor et des Master’s degrees.

En parallèle de cette ouverture internationale, l’X continuera d’accroître ses efforts pour promouvoir la diversité, et ce au sein de l’ensemble de ses cycles de formation. Le nombre de places réservées pour le cycle ingénieur polytechnicien aux candidats issus de l’université augmentera de 18 à 50 places à l’horizon 2022. En outre, un internat d’excellence dédié aux élèves boursiers, notamment de province, sera créé sur le campus de l’X. Logés sur place, ces élèves pourront accéder aux meilleures CPGE avoisinantes tout en bénéficiant d’un environnement de travail privilégié, au contact de tuteurs élèves ingénieurs polytechniciens.

Confirmant son soutien à ce nouveau plan stratégique, le Ministère de la Défense a annoncé l’allocation de moyens supplémentaires consacrés à la réalisation de ces nouvelles ambitions, en attribuant à l’X une subvention complémentaire de 60 millions d’euros sur 5 ans.
Cette subvention permettra notamment de recruter plusieurs enseignants-chercheurs de très haut niveau, reconnus à l’international.
La Direction générale de l’armement renforcera également ses investissements dans les recherches liées aux industries de souveraineté menées au sein des laboratoires de l’X, contribuant ainsi à renforcer ses coopérations avec les écoles d’ingénieurs sous tutelle de la Défense et organismes de recherche impliqués, tel que l’ONERA.

L’École polytechnique contribuera à cet effort de croissance par le développement de ses ressources propres : apport des frais de scolarité de ses nouveaux cursus, développement de son offre de formation continue, contrats de recherche, création de nouvelles chaires, prises de participation dans les start-up accompagnées et accélérées, et campagne de levée de fonds menée par la Fondation de l’École.

Jean-Yves le Drian, Emmanuel Macron et Thierry Mandon ont également appelé à la constitution d’un pôle d’excellence rassemblant les écoles d’ingénieurs de Paris-Saclay, structuré selon quatre axes : enseignement, recherche, international et entrepreneuriat. 

Pour Jacques Biot, Président de Polytechnique, « le soutien de notre tutelle nous permet de franchir un cap décisif. Les nouveaux moyens dont l’X bénéficie seront autant de leviers pour accroître sa compétitivité, son attractivité et sa lisibilité, et la mettre en situation de concurrencer les universités de sciences et technologies de rang mondial ».

> Lire l'intervention de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, devant le conseil d'administration de l'École polytechnique

> Lire l'intervention d'Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, devant le conseil d’administration de l’École polytechnique

> Lire l'intervention de Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, devant le conseil d'administration de l'École polytechnique

> Lire la lettre de mission du ministre de la Défense au président de l'École polytechnique