En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Des élèves participent au National Model United Nations à New York

Seize polytechniciens ont concouru au National Model United Nations, une simulation d’une assemblée des Nations unies qui forme les participants aux négociations internationales, organisé à New York du 22 au 26 mars 2015. Les débats et la finale avaient lieu au siège de l'ONU.

Ils ont passé cinq jours au siège de l’ONU à New York. Leur rôle, le temps de quelques jours : ambassadeurs. Du 22 au 26 mars 2015, seize élèves de l'École polytechnique ont participé aux conférences National Model United Nations (NMUN) à New York aux États-Unis.
« L'idée est de simuler les comités internationaux de l'ONU sur des sujets spécifiques, avec chaque étudiant représentant un pays qui n’est pas le sien », explique Charles Bernardaud, président de l’association « X on the MUN » qui prépare les étudiants de l'École polytechnique à ces événements.
« Une centaine de rassemblements MUN a lieu tous les ans partout dans le monde », indique Charles qui précise que l'événement de New York « est de loin le plus populaire ». Le National Model United Nations de New York attire en effet plus de 5000 étudiants du monde entier intéressés par les enjeux mondiaux et les relations internationales. D’autant que les débats et la finale se déroulent dans le cadre prestigieux du siège de l'ONU à New York.


Charles Bernardaud at the Paris MUN event

Une spécificité de ce MUN de New York : tous les étudiants appartenant à la même université représentent le même pays. Cette année, les polytechniciens ont ainsi représenté et défendu les intérêts du Laos.
« Avec 16 élèves, nous représentons une petite délégation. Certaines universités envoient des équipes de 50 élèves ou plus pour pouvoir représenter des acteurs majeurs tels que les États-Unis ou la Russie », révèle Charles Bernardaud. Pour le président d’«X on the MUN», représenter une petite délégation est « Un véritable défi pour se faire entendre et pour influencer sur les décisions ».
Charles Bernardaud a déjà participé à deux événements MUN à Paris et à Hambourg en 2014. Le polytechnicien apprécie le jeu des débats et surtout « faire des alliances stratégiques avec d'autres pays afin de gagner les plaidoiries ». Cet événement est aussi pour lui l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des étudiants du monde entier.

Deux temps forts marquent le National Model United Nations (NMUN) de New York. Le premier soir, une cérémonie d'ouverture appelée « le Bal des Diplomates » est organisée pour tous les participants. Les étudiants de l’École polytechnique ont l’habitude de s’y distinguer avec leur uniforme. Puis, la cérémonie de clôture durant laquelle les prix sont attribués vient achever cette expérience de cinq jours. Trois types de prix sont remis. Le prix « Best Delegate» est décerné aux étudiants qui présentent les meilleurs talents de débatteur dans chaque comité. Le prix « Distinguished Delegate » est l’équivalent d’un 2e prix. Enfin, le prix « Best position paper’ » récompense les compétences écrites des élèves, à partir des documents rédigés pour argumenter pendant les débats.

Cette année, les élèves de Polytechnique n’ont pas obtenu de prix. Mais l’an passé, Charles Bernardaud a été récompensé par le prix « Distinguished Delegate » lors d’un MUN. Pour obtenir une distinction, le polytechnicien insiste sur l'importance du travail de préparation : "Il faut apprendre énormément sur le pays que l’on représente : son histoire, ses atouts et ses faiblesses économiques, sa politique. Il faut également connaître les alliances possibles entre les différents pays afin de déterminer les alliés ».
Pour se préparer aux débats, les élèves de l'X ont la possibilité d’assister à des cours spécifiques en anglais enseignés par Denis Hirson et Luc Shankland, professeurs à Polytechnique. Car, recevoir un prix au NMUN à New York peut représenter un véritable accélérateur professionnel. «Les gagnants des prix « Best Delegate » se voient proposer de belles opportunités de carrière en politique ou en relations internationales dès la sortie de l’université », s’enthousiasme Charles Bernardaud.