En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Des polytechniciens participent au concours Hydrocontest 2015

Sept élèves de l'X affronteront une vingtaine d’équipes venant des écoles d’ingénieurs du monde entier lors de la 2e édition d'Hydrocontest du 14 au 19 juillet 2015 sur le lac Léman, en Suisse. Les participants doivent concevoir le bateau miniature consommant le moins d’énergie possible.

Cela fait plusieurs mois qu’ils se préparent. Ulysse Dhomé, élève en 2e année à Polytechnique, et six autres camarades de promotion* s'affairent depuis la rentrée de septembre sur leur Projet Collectif Scientifique (PSC), un travail de groupe qui prépare les futurs ingénieurs à la gestion de projet. Dans ce cadre, les sept élèves ont choisi de participer à Hydrocontest, un concours étudiant international organisé par la Fondation Hydros, qui vise à développer de nouvelles méthodes pour augmenter l'efficience énergétique des navires. « Le constat est simple : l'essentiel des biens sont aujourd'hui transportés par la mer, mais les émissions de polluants sont encore trop élevées », résume Ulysse Dhomé qui souhaite s’orienter dans le domaine naval après son cursus à l’X. « Je suis convaincu que la mer est l'avenir, autant pour le transport que pour l'énergie, voire plus si l'on envisage les fermes aquatiques ou les habitats sur l'eau », estime cet adepte de voile.

Les règles du concours sont claires : chaque équipe participante se voit remettre un moteur électrique et une batterie. Le bateau doit être télécommandé et avoir pour dimensions maximales 2,50 x 2,50 x 2,00 m. Toutes les équipes doivent concourir dans deux catégories : l'une imitant le transport de masse avec 200 kg de charges, et l’autre simulant le transport de passagers sur un bateau de plaisance avec 20 kg à bord.

Pour répondre au défi du concours, les polytechniciens ont été soutenus par leur tuteur, Pierre Perdon de la Direction Générale de l’Armement (DGA), et par leur coordinateur, Jean-Marc Chomaz, chercheur au Laboratoire d'hydrodynamique de l’X. Grâce à un partenariat avec Safran, les élèves ont pu échanger avec un architecte naval du cabinet VPLP, « l'un des plus renommés au monde dans les bateaux de course à voile », indique Ulysse Dhomé. 

Après des études théoriques menées pendant près de huit mois, la construction des bateaux a démarré mi-mai. Pour concevoir leurs navires, les élèves ont recherché « la simplicité ». Leur bateau léger pour le transport de personnes s’apparente à un catamaran qui vole. « Deux foils, semblables aux ailes d'un avion, sont immergés de manière à faire sortir les coques de l'eau et à limiter au maximum la traînée, et donc la consommation d'énergie. Deux stabilisateurs, réglables à distance, servent à faciliter le décollage. Une fois le bateau décollé, la stabilité provient uniquement des calculs que nous avons effectués », détaille Ulysse.

Pour le bateau imitant le transport de masse, les sept élèves ont construit un bateau "écolo" à base de résine Elium et de fibre de jute. « Cette résine, généreusement fournie par Arkema et récemment mise sur le marché, a ceci d'innovant qu'elle est recyclable, à l'inverse des résines époxy ou polyester habituellement utilisées dans l'industrie navale », précise Ulysse Dhomé. La fibre de jute, provenant de l'association Gold of Bengal basée au Bangladesh, possède un double objectif à la fois écologique et social, l’industrie du jute étant en déclin dans le pays. Encore en développement, cette fibre est testée pour concevoir des surfs, des pièces de bateaux ou des bateaux entiers. « Notre bateau est ainsi le premier navire réalisé avec ce mélange de matériaux et c’est un navire recyclable ! », s'enthousiasme l'élève. Les qualités de navigation des deux prototypes de l’équipe polytechnicienne seront évaluées lors du concours Hydrocontest. Dix-sept équipes s’affronteront dès le 14 juillet prochain sur le lac Léman en Suisse.

> En savoir plus sur le concours Hydrocontest 2015

*Thomas Bourdais, Fabien Cockenpot, Maeline Ferret, Emil Garnell, Camille Guévenoux, Guillaume Le Boucher d’Hérouville.