En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Deux chercheuses de Polytechnique récompensées par la bourse L’Oréal

Mikaela Iacobelli et Julie Lafaurie-Janvore, doctorante et post-doctorante à l’X, font partie des vingt lauréates récompensées le 30 septembre 2015 par le programme « Pour les Femmes et la Science » mis en œuvre par la Fondation L’Oréal et l’UNESCO.

Mercredi 30 septembre, le nom des vingt lauréates de la Bourse L’Oréal – UNESCO Pour les Femmes et la Science ont été rendus publics à l’occasion d’une cérémonie à l’Hôtel de Ville de Paris.
Mikaela Iacobelli, doctorante au Centre de Mathématiques Laurent Schwartz (École polytechnique/CNRS) et Julie Lafaurie-Janvore, post-doctorante au Laboratoire d’Hydrodynamique de l’École polytechnique (École polytechnique/CNRS) ont été distinguées pour la qualité et le caractère novateur de leurs sujets.
Elles succèdent à Sophia Chen, post-doctorante en physique fondamentale au Laboratoire pour l’Utilisation des Lasers Intenses (École polytechnique/CNRS/CEA/UPMC), qui avait été récompensée l’an dernier.

Comment réinventer le monde? Les matériaux et énergies de demain
Les recherches de Mikaela Iacobelli s’inscrivent dans la lignée des théories cinétiques, telle que l’équation de Vlasov-Poisson qui modélise par exemple le comportement des plasmas et des galaxies.
La doctorante du Centre de Mathématiques Laurent Schwartz travaille sur la modélisation du comportement des grands systèmes de particules : la physique des plasmas a en effet des applications dans la production d’énergie par fusion nucléaire. La maîtrise de la fusion nucléaire permettrait une production d’énergie quasi illimitée.
 

Biotechnologies : vers des solutions qui révolutionnent la santé
Les recherches de Julie Lafaurie-Janvore portent sur l’amélioration de la cicatrisation de l’artère après la pose de stents. La pose de stents – petits ressorts permettant de remédier à l’arthérosclérose (rétrécissement du diamètre des artères) – a l’inconvénient majeur de blesser la paroi interne des artères.
Cette postdoctorante au Laboratoire d’Hydrodynamique de l’X propose d’utiliser des lignes adhésives micrométriques pour aider les cellules adjacentes à la blessure à recoloniser la zone blessée, permettant, à terme, d’améliorer l’efficacité sur le long terme des traitements par pose de stents. Pour son post-doctorat, Julie Lafaurie-Janvore bénéficie d’une bourse du Fond AXA pour la Recherche.

Développer la visibilité et la légimité des femmes en sciences
Depuis la création en 2007 du volet français du programme international L’Oréal-UNESCO For Women in Science, 120 jeunes chercheuses en sciences du vivant et sciences de la matière ont été récompensées pour l’excellence de leur niveau académique, la qualité de leur projet scientique et leur capacité à transmettre leur passion pour la science. En 2015, le jury, présidé par Bernard Meunier, Président de l’Académie des Sciences, a sélectionné dix doctorantes et dix post-doctorantes parmi les 821 candidatures reçues.

Les doctorantes primées, inscrites en avant-dernière année de thèse dans une école doctorale française et dans un laboratoire de recherche en France, se sont vues attribuer une bourse d’un montant de 15 000€ ; les post-doctorantes, travaillant dans un laboratoire ou un institut de recherche français, ont quant à elles reçu une bourse de 20 000€. Ces bourses ont vocation à encourager les lauréates à poursuivre une carrière déjà très prometteuse et à valoriser leurs travaux à l’échelle nationale ou internationale à un moment charnière pour leur avenir professionnel.

En parallèle de la cérémonie, les lauréates ont pu, à l’occasion de rencontres et de sessions de formation organisées durant la semaine, partager leurs découvertes et nouer des liens professionnels avec leurs pairs.

> Lire le communiqué de presse