En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Deux start-up de l’X en pointe sur la gestion intelligente des bâtiments

Deux start-up hébergées par le Drahi-X Novation Center développent des solutions de gestion intelligente des bâtiments afin de maximiser leur rentabilité en améliorant l’expérience utilisateur et en optimisant leur rendement énergétique.

Des start-ups de l’X en pointe sur la gestion intelligente des bâtiments

Accenta promeut le stockage intelligent des énergies du bâtiment

Lancée en 2016 par Pierre Trémolières et accompagnée par le booster X-Tech, Accenta a mis au point une chaufferie bas carbone intelligente qui permet un stockage inter saisonnier de l’énergie. En valorisant par exemple la chaleur solaire ou la chaleur récupérée des systèmes de climatisation, elle permet d'atteindre les objectifs les plus ambitieux de performance énergétique et environnementale pour un bâtiment.

Développée en partenariat avec l’École polytechnique, le Centre d’efficacité énergétique des systèmes d’ARMINES (Mines ParisTech) et le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), la technologie Accenta s’appuie sur deux outils : le logiciel accenta.design qui permet de concevoir la chaufferie la plus efficace tout en limitant les coûts d’investissement ; et la plateforme accenta.ai qui établit un plan de production et de stockage de l’énergie en fonction des besoins du bâtiment.

Accenta, qui compte actuellement 15 salariés, a bouclé en octobre une levée de fonds de 4,7 millions d’euros auprès notamment des fonds de capital-risque Serena et d’EREN Group pour consolider sa place sur le marché français où aucun concurrent direct ne propose la même technologie. La start-up est aussi en discussion en Chine et aux Etats-Unis pour développer de futurs partenariats. 

Le secteur du bâtiment représente près d’un quart des émissions de CO2 en France près de 45% de l’énergie consommée, loin devant celui des transports (31,3%), et, ce qui en fait l’un des domaines clé dans la lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique.

Spinalcom dote les bâtiments de leur propre système d’exploitation

Accompagné au sein du booster X-Tech, la start-up Spinalcom a développé des solutions intégrées qui permettent aux opérateurs, locataires, propriétaires …d’optimiser grâce aux données la gestion d’un bâtiment afin de réduire les coûts d’exploitation (-15%), d’optimiser l’utilisation des espaces (-30%), d’améliorer la sécurité et la fiabilité de ses équipements techniques et d’augmenter le confort des utilisateurs.

Au cours de six années de R&D entre 2009 et 2015 pendant lesquelles 3 millions d’euros ont été investis, Spinalcom a mis au point un système d’exploitation de bâtiment -building operating system, BOS – baptisé Spinalcore. Sa particularité : corréler les données issues de différents capteurs, actionneurs, ou applications installées dans un bâtiment pour les faire fonctionner ensemble, en temps réel comme les organes d’un seul système intelligent. Spinalcore intègre ainsi des informations issues de différentes solutions verticales, comme la surveillance, la maintenance, le système d’éclairage, de climatisation et d’aération, la géolocalisation indoor ou la réservation de salles, et les contextualise dans le « jumeau numérique » du bâtiment afin de rendre le bâtiment plus intelligent, de proposer de nouveaux services et d’optimiser les processus.

Créée en 2015 par Jérémie Bellec, docteur en mécanique et informaticien, avec Sébastien Coulon, issu du marketing chez des éditeurs de logiciels, et Julien Sorin, entrepreneur, Spinalcom a signé avec de nombreux clients prestigieux comme EDF, Vinci Energies, ou Eiffage Services.

Spinalcore, est notamment utilisé sur un projet phare comme celui du nouveau siège du groupe Vinci dénommé Archipel. Ce dernier est un ensemble de plusieurs bâtiments de 70 000 m2 au total, localisés à Nanterre. Il va devenir la vitrine du savoir-faire du groupe, notamment sur les aspects liés à sa digitalisation.