En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Deux X créent une application pour décrypter le japonais

Vivien Seguy (X2007) et Antoine Rolet (X2008) ont lancé Yomiwa et HanYou, deux applications qui décryptent le japonais et le chinois en traduisant instantanément les caractères de ces deux langues dans les images ou en temps réel via la camera d’un smartphone ou d’une tablette.

L'application Yomiwa a déjà été téléchargée par plus de 200 000 utilisateurs dans le monde entier. Fort de ce succès, les deux entrepreneurs viennent de créer leur entreprise spécialisée dans le développement d’applications basées sur l'intelligence artificielle.

Entretien avec Vivien Seguy (X2007), créateur de Yomiwa et HanYou.

-Comment avez-vous eu l’idée de votre start-up ?
A la fin de mon stage de fin d’étude chez Schlumberger à Tokyo, j'ai décidé de me lancer en 2012 dans une thèse en Machine Learning (Apprentissage Statistique en français) à l’Université de Kyoto. J’ai décidé de lancer une application pour reconnaître les caractères Japonais via la camera de mon iPhone afin de me familiariser avec les algorithmes de Machine Learning et pour faciliter mon quotidien au Japon. Le processus d'obtention d'une bourse de thèse au Japon prenant de longs mois, j'ai saisi l'occasion pour me lancer en solitaire sur ce projet, sans même songer une seconde à l’époque que le projet aboutirait sur une start-up. Antoine Rolet (X2008), en thèse lui aussi à l’Université de Kyoto, m'a ensuite rejoint sur le projet, en développant notamment la version Android de Yomiwa.

-A quel besoin apportez-vous une réponse?
L'application Yomiwa, et sa version Chinoise HanYou, permettent de reconnaître les caractères Japonais et Chinois dans les images, ou en temps réel via la camera du smartphone ou de la tablette. L'application renvoie alors instantanément les définitions des mots trouvés en anglais dans une fenêtre pop-up. Pour l'instant, nous ne faisons pas de "machine translation", c'est-à-dire que l'on renvoie des définitions prises dans un dictionnaire plutôt que d'essayer de traduire du texte en anglais à la manière de Google Translate.
Yomiwa cible de fait plutôt les personnes qui apprennent le Japonais ou les expatriés qui ont déjà des notions de Japonais. Surtout, Yomiwa fonctionne sans aucune connexion internet, ce qui est très attrayant auprès des voyageurs, mais aussi des personnes de plus en plus nombreuses à se soucier de l'enregistrement de leurs données d'utilisation par les géants de l'internet.

-Quel est votre modèle économique ?
Nous vendons les applications Yomiwa et HanYou directement aux possesseurs de smartphone via les plateformes Apple Store et Google Play Store. La version iOS de Yomiwa est payante. Sur Android, nous testons un modèle légèrement différent avec des achats "in-app": l'application est gratuite mais la fonction principale d'OCR (reconnaissance de caractères) devient payante après une semaine d'essai.

-Quelles sont les prochaines étapes de votre projet ?
A court terme, nous travaillons sur l’amélioration des algorithmes de détection de caractères et de reconnaissance. Il s’agit d’un vrai défi car les algorithmes les plus performants en reconnaissance d'images sont des modèles de Deep learning (Apprentissage), qui sont des réseaux de neurones avec de nombreuses couches qui représentent un gros travail au niveau calculatoire. Parallèlement à l’amélioration des algorithmes, nous allons décliner Yomiwa dans d'autres langues telles que le Coréen pour commencer.

-Quels sont vos projets pour l’avenir ?
Nous sommes en train de créer l'entreprise, avec notamment l'aide de François-Guillaume Rideau (X1990), président du groupe X-Japon. Notre vision actuelle est de faire une entreprise qui développe des applications utilisant de l'intelligence artificielle. Dans un premier temps, nous allons consolider notre expertise en détection et reconnaissance de caractères dans les images et étoffer notre offre d’applications dans ce domaine. Mais nous commençons aussi déjà à esquisser d'autres projets d'applications, basées sur des algorithmes de traitement d'images, toujours, mais aussi du son ou du texte. Pour cela, nous prévoyons d'agrandir rapidement l’équipe et recherchons des personnes spécialisées en machine learning, en traitement d'images et en traitement du son.