En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Exposition : les mathématiques à l'X au 19e siècle

Une exposition sur « Les mathématiques à Polytechnique de la Révolution française à la Révolution de 1830 » ouvrira à partir du 15 avril au musée de l’X.

Exposition : les mathématiques à l'X au 19e siècle

« L’X : l’équation du mérite » est le nom de la nouvelle exposition qui sera visible au Mus’X dès le 15 avril et jusqu’en décembre prochain. Pourquoi donne-t-on le surnom de l'X à l'École polytechnique ? C'est à cette question que l’exposition répond en cherchant à comprendre comment et pourquoi les mathématiques se sont imposées comme la discipline phare enseignée à l'École polytechnique au XIXe siècle. Le surnom de l’École, « l’X », fait référence à l’inconnue mathématique et illustre le rôle joué par l’École comme pionnière de formes modernes d’enseignement des sciences.

Ces mathématiques, et leurs applications, auront très vite un champ d’application possible : l’Égypte, où Bonaparte emmène enseignants, élèves et anciens élèves de l’École. Puis en France, des préfets polytechniciens, savants en général, se serviront des sciences mathématiques pour développer leurs études statistiques comme instrument de connaissance de leur territoire.

Pendant toute la période, de nombreux savants ont enseigné les mathématiques à l’École, y ont laissé leur empreinte, y ont été formés : Joseph Fourier, Joseph-Louis Lagrange, Pierre-Simon de Laplace, Gaspard Monge, Augustin-Louis Cauchy, André-Marie Ampère, Gaspard de Prony, Siméon-Denis Poisson, Gustave Coriolis, Louis Poinsot, Auguste Comte, François Arago, Jean-Baptiste Biot et même Sophie Germain, qui emprunte l'identité d'un élève de la première promotion afin d'entamer une correspondance avec Lagrange, enseignant à l'École alors exclusivement reservée aux hommes.

L’exposition a été préparée par le Centre de ressources historiques de la Bibliothèque avec les contributions pour les textes et le synopsis de Frédéric Brechenmacher, professeur d’histoire des sciences et techniques à l’École polytechnique, Jean Dhombres, directeur de recherche au CNRS (Centre Alexandre Koyré), et Idriss Mazari, doctorant en mathématiques. Elle permettra de se questionner sur la façon dont les sciences mathématiques ont été enseignées, à quelles fins et pourquoi elles ont occupées une place centrale dans le "cursus" polytechnicien.
 

>Informations pratiques sur le Mus'X